Jura. Une banderole (trop) dérangeante…

0
408
La banderole arrachée.

Le collectif identitaire et féministe Némésis dont l’objectif est de « défendre les femmes occidentales » face aux « supercheries des mouvements dits féministes censés les représenter, ces derniers préférant faire passer une idéologie gauchiste aux dépens des femmes » peut-on lire sur leur site internet, a réalisé une action d’éclat lors du festival Cirque et Fanfares en déployant plusieurs banderoles et pancartes indiquant par exemple « 7366 violences sexuelles causées par des étrangers » ou encore « 46 femmes auraient pu être épargnées si les OQTF (Obligation de quitter le territoire français) avaient été appliquées en 2023 ».
Des propos qui n’ont pas été du goût de certains festivaliers, lesquels se sont précipités pour arracher la banderole !

« Ils étaient trop violents… »

« A peine avions-nous commencé à déployer notre banderole, qu’en quelques secondes on a vu un homme aux cheveux blancs au loin, venir vers nous en courant. Il a appelé un autre homme plus jeune en renfort. Alors, on a abandonné et lâché car ils étaient trop violents… » relate Anaïs, porte-parole du collectif ayant œuvré avec Yona, militante bisontine.
De son côté, la Ville de Dole a déposé plainte contre X pour « troubles à l’ordre public ».
Plainte qui, selon une source policière proche du dossier, n’aurait que peu de chances d’aboutir, d’autant plus que les deux jeunes femmes se trouvaient en dehors du périmètre du festivités.