Sortir du Jura : 6 destinations originales d’arrière-saison

Après les deux dernières années difficiles que nous avons vécues, nombre de Jurassiens ressentent le besoin de partir de notre beau département. Un excellent moyen de se couper de notre quotidien. Et pour ce faire, quoi de mieux que de sortir des sentiers battus – loin du sud de la France, des péninsules italienne et ibérique bondées et de la Grèce insulaire ? Notre rédaction a sélectionné pour vous 6 destinations originales en Europe*. Bon voyage !

0
296
Coucher de soleil depuis un avion au-dessus de Göteborg, la deuxième ville de Suède.

Le département du Jura occupe une place de carrefour. En fonction de votre localisation dans celui-ci, en maximum 2h00, il vous est possible de vous confronter à la culture helvétique. En 3h30 maximum, chaque habitant du Jura peut traverser le Rhin pour vibrer avec la culture germanique, tandis que pour le même temps environ, chacun pourra s’essayer à l’italien en mangeant des pasta parsemées de parmesan (buen appetito).

Mais outre la voiture, aujourd’hui, le train et l’avion sont des moyens de transport permettant de rapprocher encore plus les territoires. Depuis l’aéroport Dole-Jura, les vols réguliers sont limités (Porto, Fès, Marrakech, Bastia et Londres), mais d’autres aéroports se trouvent à proximité du département. L’aéroport de Genève se situe à environ 2h15 en voiture de Dole, alors que pour vous rendre à celui de Bâle-Mulhouse, le temps sera similaire. Et là-bas, l’offre de destinations est bien plus importante. Attention toutefois à bien choisir votre parking à l’aéroport (la note peut être salée).

 

  1. Faire un road-trip au Luxembourg

Le Luxembourg n’est pas seulement un pays où les cigarettes et l’essence sont moins chères. C’est aussi une nation recelant d’un patrimoine tout à fait intéressant à découvrir. Dans la capitale, à Luxembourg, le Grund est un quartier pittoresque où il fait bon se perdre. Il est aussi agréable de déambuler dans les Casemates du Bock, un ensemble de tunnels souterrains inscrits à l’UNESCO. Des galeries qui permettaient de se protéger notamment pendant les guerres. Passage obligé aussi devant le palais grand-ducal (des visites sont organisées en été).

Luxembourg, la capitale du Luxembourg.

En dehors de la capitale, le château de Vianden, à proximité de la frontière avec l’Allemagne, s’impose. Sa visite est intéressante, mais l’aspect extérieur est d’autant plus impressionnant.

Le château de Vianden.

Dans le parc naturel de la Haute-Sûre, la bourgade médiévale d’Esch-sur-Sûre s’est construite sur un éperon autour d’un château. Au soleil levant notamment, le détour vaut le coup. Possibilité aussi de randonner dans le parc naturel, vers le lac de la Haute-Sûre.

Esch-sur-Sûre.

Pour relier ces différents endroits, rien de mieux que la voiture. L’état des routes au Luxembourg rend l’expérience encore plus plaisante.

Possibilité aussi de goûter de la cancoillotte (mais entre nous, elle ne vaut pas la nôtre).

 

En voiture > Dole-Luxembourg : 3h45**/Lons-le-Saunier-Luxembourg : 4h15**

 

  1. Marcher dans la neige du Jungfraujoch

En fin d’été, quoi de plus original que de partir à la neige au cœur des Alpes suisses ? À proximité immédiate de notre département, la Suisse offre une diversité de panoramas propices aux randonnées et aux balades vivifiantes. Parmi elles, celle du Jungfraujoch, à cheval entre le canton de Berne et celui du Valais, est une expérience particulièrement incroyable.

Vous pourrez ensuite sortir pour marcher dans la neige jusqu’à la cabane habitée la plus haute de Suisse.

Pour monter sur ce col suisse entre le Mönch et la Jungfrau (Jungfrau peut se traduire par jeune fille en français), vous pouvez partir en train d’Interlaken. Vous passerez alors dans des endroits naturels totalement dépaysants. Puis, pour atteindre les plus de 3450 mètres de la Jungfraujoch, vous prendrez le train pour arriver dans la gare ferroviaire la plus haute d’Europe. Bien qu’il s’agisse d’un des lieux touristiques les plus visités de la Confédération helvétique, au sommet, la magie opère. Vous montrez dans l’observatoire du Sphinx, vous vous baladerez dans des tunnels du glacier agrémentés de sculptures de glace, vous pourrez ensuite sortir pour marcher dans la neige jusqu’à la cabane habitée la plus haute de Suisse et contempler la vue, notamment sur le glacier le plus long des Alpes. Nous vous conseillons de prendre la voie traditionnelle par le train à crémaillère pour l’aller et pour le retour, d’éventuellement prendre l’Eiger Express (télécabine).

Vue depuis la Jungfraujoch.

À noter toutefois, le prix est relativement élevé. L’accès avec le train aller-retour coûte environ 200 euros par personne. Attention toutefois, si vous tentez l’expérience à bien vous renseigner sur la météo. En effet, d’éventuels nuages risquent de semer le trouble, ce qui serait assurément frustrant au vu du prix !

 

En voiture > Dole-Interlaken : 3h25**/Lons-le-Saunier-Interlaken : 3h05**

 

  1. Découvrir la Macédoine du Nord

La Macédoine du Nord, située dans la péninsule des Balkans, est une destination dont l’intérêt est encore relativement méconnu. Et pourtant, Skopje, la capitale, située près de la frontière avec le Kosovo, revêt un caractère particulier. Déjà, les très nombreuses statues dans l’hypercentre, notamment une monumentale d’Alexandre le Grand, apportent un côté de ville très moderne. En revanche, une rue plus loin, il est aisé de constater une forme de précarité dans l’urbanisme (trottoirs endommagés…). Il n’en reste pas moins que vous pourrez visiter la mosquée Mustafa Pacha, la forteresse ottomane et la maison-mémorial de Mère Teresa par exemple. Mais le véritable intérêt de la Macédoine du Nord se trouve en dehors de la capitale.

Déjà, les très nombreuses statues dans l’hypercentre, notamment une monumentale d’Alexandre le Grand, apportent un côté de ville très moderne.

En sortant de Skopje, vous découvrirez de superbes paysages naturels. Non loin, vous pouvez circuler sur un bateau dans le canyon Matka, jusqu’à la grotte de Vrelo. Un peu plus loin, à la frontière avec l’Albanie, le parc national de Mavrovo offre des espaces naturels sauvegardés. Mais le plus remarquable en Macédoine du Nord reste le lac d’Ohrid, au sud-ouest du pays.

Plus vieux d’Europe, le lac d’Ohrid au soleil couchant génère une atmosphère apaisante, avec au premier plan l’église orthodoxe Saint-Jean de Kaneo.

Plus vieux d’Europe, le lac d’Ohrid au soleil couchant génère une atmosphère apaisante, avec au premier plan l’église orthodoxe Saint-Jean de Kaneo. C’est à voir !

 

Coucher de soleil sur le lac d’Ohrid avec en arrière-plan l’Albanie.

Si vous choisissez cette destination, ayez bien en tête que votre pouvoir d’achat sera décuplé. En bref, le voyage peut vous revenir pour très peu cher – tout dépend ensuite du niveau de vie que vous vous accordez là-bas…

 

En avion > Bâle-Skopje : 2h10**/Genève-Skopje : 2h15**

 

  1. Profiter de la nature en Estonie

Ayant pour capitale Tallinn, l’Estonie est un des trois pays baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie). Dans la capitale, il vous sera possible de déambuler dans la vieille ville médiévale extrêmement bien conservée, inscrite à l’UNESCO. À Tallinn, visitez notamment les cathédrales Alexandre-Nevski et Sainte-Marie et montez dans la tour de l’hôtel de ville. Possibilité aussi de manger de l’ours (sans inquiétude, il y en a beaucoup en Estonie).

Au milieu des arbres et des plantes, des lacs aux bleus ambivalents apparaissent créant une harmonie naturelle du paysage.

Plus de 50% de la superficie du pays est couverte par des forêts. Ainsi, à seulement 45 minutes en voiture de la capitale, il vous sera possible de découvrir la nature estonienne, dans le parc national de Lahemaa. Au milieu des pins, vous pourrez également voir de nombreux myrtilliers plein de fruits à déguster.

Dans le parc naturel, des promenades sont aménagées. Au milieu des arbres et des plantes, des lacs aux bleus ambivalents apparaissent créant une harmonie naturelle du paysage. En bref, si vous aimez les balades en forêt, un petit tour dans ce parc naturel s’impose !

En plus de cela, non loin de là, vous pourrez vous baigner dans le golfe de Finlande, en été du moins, la température de l’eau le permet.

 

En avion > Paris-Orly-Tallinn : 2h45**

 

  1. S’offrir une croisière à Göteborg

Situé au sud-ouest de la Suède, Göteborg est à mi-chemin entre Copenhague (capitale du Danemark) et Oslo (capitale de la Norvège). L’intérêt de cette ville scandinave importante pour son port pourrait sembler limité.

Göteborg.

La visite du musée des Beaux-Arts est intéressante, tout comme une balade dans le quartier de Haga. Vous pourrez également, après quelques minutes en transports en commun, randonner au milieu des lacs et des forêts, baignés de ce que l’on imagine de l’atmosphère scandinave.

De très nombreuses îles sont rattachées à la ville.

Mais là où l’intérêt de Göteborg est, c’est davantage du côté de la mer du Nord. De très nombreuses îles sont rattachées à la ville. En prenant un bateau-navette – une réelle organisation existe pour desservir ces îles – vous pourrez marcher dans la deuxième ville de Suède, en ayant l’impression d’être perdu au milieu de nulle part. Les maisons en bois peintes en rouge, rappelant les représentations associées aux pays scandinaves, ajoutent au charme de la balade.

Les maisons en bois peintes en rouge, rappelant les représentations associées aux pays scandinaves, ajoutent au charme de la balade.

Du côté de la gastronomie, régalez-vous de petites crevettes. Le tout, peut être accompagné d’une limonade Rième achetée sur l’île de Styrsö à 44,95 couronnes suédoises (4,33 euros). Vous allez adorer !

Attention néanmoins, vos finances ne ressortiront pas aussi indemnes d’un voyage en Macédoine du Nord que d’un voyage en Suède.

 

En avion > Paris-Orly-Göteborg : 2h05**/Genève-Göteborg : 2h20**

 

  1. La Bosnie-Herzégovine : pays méconnu

Cet été, je vais en vacances en Bosnie-Herzégovine. Voilà une phrase que peu de Jurassiens prononcent. Et pourtant, la Bosnie-Herzégovine est le pays que l’on vous conseille de visiter. Située entre la Serbie, la Croatie et le Monténégro, la Bosnie-Herzégovine – bien que divisée politiquement – est un pays d’ex-Yougoslavie aux paysages et à la culture remarquables.

Sarajevo, la capitale de la Bosnie-Herzégovine.

Sarajevo, la capitale, est entourée de montagnes. En prenant une télécabine, vous pourrez gagner en altitude et vous balader dans les hauteurs du Trebević qui surplombe la vieille ville, sur une piste de bobsleigh et de luge construite pour les Jeux olympiques de 1984 et abandonnée suite aux guerres de Yougoslavie. Possibilité aussi de randonner sur les multiples sentiers aménagés.

En prenant une télécabine, vous pourrez gagner en altitude et vous balader dans les hauteurs du Trebević qui surplombe la vieille ville.

À Sarajevo, il faut impérativement déambuler dans la ville, du vieux quartier ottoman à la mosquée Gazi Husrev-beg au lieu exact du double assassinat du 28 juin 1914 contre l’archiduc François-Ferdinand et sa femme. À Butmir, il vous sera possible de vous plonger dans la guerre de Yougoslavie et de vous faufiler dans une partie du tunnel de Sarajevo, un tunnel creusé sous l’aéroport de Sarajevo durant le siège de la ville (1992-1996).

Monastère derviche à Blagaj.

Ne pas négliger aussi le sud de la Bosnie-Herzégovine. La ville de Mostar est connue pour son célèbre pont, construit au XVIe siècle et détruit en 1993 par les Croates. Reconstruit depuis, inauguré en 2004, ce pont est un lieu où sautent de nombreux athlètes.

La ville de Mostar est connue pour son célèbre pont, construit au XVIe siècle et détruit en 1993 par les Croates.

L’atmosphère du sud de la Bosnie-Herzégovine ressemble à celle du sud de la France. La végétation également. Finissez votre périple à quelques kilomètres de la Croatie par une petite baignade dans les cascades de Kravica.

Comme pour la Macédoine du Nord, votre pouvoir d’achat sera décuplé.

 

En avion > Bâle-Sarajevo : 1h45**

 

 

*Évidemment, il conviendra de tenir compte de la situation sanitaire et géopolitique au moment de la lecture de cet article.

**Temps approximatif.