Les collectifs jurassiens pour la défense des soignants suspendus

0
980
Une trentaine de personnes sont venues marquer leur soutien aux personnels suspendus vendredi devant la préfecture de Lons le Saunier.

Une trentaine de personnes sont venues marquer leur soutien aux personnels suspendus vendredi devant la préfecture de Lons le Saunier. Une date symbole puisque le 17 mars 2020 débutait le premier confinement…
Plusieurs collectifs de tout le Jura (Anti Pass Dole, Anti Pass Champagnole, le Syndicat
Liberté Santé, Droit des enfants 39, Protéger sa pipe à Saint-Claude, le collectif des citoyens souverains, AGIR39) ont demandé une audience au préfet du Jura à l’occasion de la remise en préfecture de 1400 nouvelles signatures d’une pétition demandant la réintégration et la réhabilitation des personnels suspendus, qu’ils soient soignants ou autres. Ce sont donc au total 3520 signatures qui ont été récoltées en direct sur la voie publique depuis le mois de juin 2022.

Colère et indignation devant l’indifférence et le mépris

Mais si une délégation des collectifs avait été reçue par un représentant du précédent Préfet en juin et en août 2022, cette fois les représentants des collectifs se sont heurtés à un refus. Il a donc été décidé d’adresser une lettre au Préfet dans laquelle les signataires expriment leur colère et leur indignation devant ce qu’ils qualifient « d’indifférence » et de « mépris » vis-à-vis des dizaines de suspendus dans le Jura qui sont sans travail et sans revenus depuis 545 jours.
« Ils sont vraiment oubliés » a martelé l’un
des porte-parole des collectifs, même si la Haute Autorité de Santé doit théoriquement donner son avis sur leur réintégration à la fin du mois de mars.
Une nouvelle demande d’audience a également été transmise au Préfet, la balle est maintenant dans le camp des autorités.