Rentrée parlementaire pour Justine Gruet

0
593
A la Salle Gouvenelle de Goux, Justine Gruet organisait sa rencontre de rentrée, jeudi dernier.

Jeudi soir dernier, c’est à la Salle Gouvenelle de Goux, que Justine Gruet, Députée de la 3ème circonscription du Jura, organisait sa rencontre de rentrée.
Une prestation livrée devant une salle toute acquise à sa cause, où figurait à ses côtés, l’un des spécialistes de la politique européenne et nationale, en la personne de François-Xavier Bellamy, Vice-Président exécutif des Républicains, Président de la délégation française PPE, Député Européen et, on le sait moins, ancien professeur de philosophie.
Ce rendez-vous fut l’occasion, pour la députée au ventre arrondi par un heureux événement à venir, mais de plus en plus à l’aise avec son auditoire, d’évoquer les sujets majeurs qui marqueront la prochaine session parlementaire de l’Assemblée nationale ainsi que ceux des instances européennes.
Notamment le budget de la sécurité sociale, houleux sujet qui s’invitera très bientôt aux différents débats de l’hémicycle ou encore son propre projet de loi sur le permis de conduire dès l’âge de 16 ans.
Son objectif ? Un précieux sésame de mobilité en zone rurale comme la notre, « pouvant répondre aux besoins des études en alternance, rapprocher les chefs d’entreprise et les demandeurs d’emploi, et ainsi, favoriser le plein-emploi sur le territoire » soulignait-elle.
La députée concluait sa démonstration sémantique via une formule plutôt bien pensée.
« Je n’en veux pas à ceux qui profitent du système. J’en veux plutôt au système qui le leur permet ».
La messe était dite et le ton était donnée.
Pour les Républicains, la rentrée s’annonce offensive à l’Assemblée nationale…

 

François-Xavier Bellamy.

 

L’avis de François-Xavier Bellamy :

« On a beaucoup de chance de pouvoir travailler avec Justine Gruet qui joue un rôle essentiel au sein du groupe parlementaire à l’Assemblée aujourd’hui, et qui aussi incarne cette nouvelle génération sur laquelle, non seulement la droite mais aussi la France, doit pouvoir compter.
Nous vivons un moment politique très particulier. On voit bien à quel point l’Assemblée est souvent prise en otage par les confrontations stériles. Les Français ont de quoi se sentir écœurés de ce spectacle désolant.
Justine, elle, au contraire, fait partie de ceux qui, au quotidien, travaillent sur le fond, pour obtenir des résultats, pour faire en sorte que les sujets essentiels puissent être portés à Paris.
On est malheureusement devant une logique de décroissance provenant de certains écologistes, de l’extrême-gauche, ou même de certains macronistes, qui veulent rendre la vie encore plus compliquée à nos agriculteurs.
Après Jean-Marie Sermier, Justine parvient à faire valoir les atouts mais aussi les besoins de son territoire.
Quand on voit à quel point la politique est déconnectée du terrain, il est important d’avoir des voix qui soient au contraire enracinées, et puissent jouer pleinement leurs rôles de représentation ».