HABITAT Une machine de 13 tonnes chez Aera Patthey & Fils

Aera Patthey & Fils redonne une nouvelle jeunesse à tous les objets. Il vient de décaper et repeindre une machine pour rectifier les moteurs d’hélicoptères.

0
73
Haute de 3 mètres, longue de 7 et large de 2,50, elle a été stockée dans l'atelier au moyen d’une grue.

La manœuvre n’est pas passée inaperçue. Dans son entreprise de la zone industrielle à Poligny, Patrice Patthey a accueilli une machine de 13 tonnes pour rectifier les moteurs d’hélicoptères. Haute de 3 mètres, longue de 7 et large de 2,50, elle a été installée au moyen d’une grue. L’équipe l’a décapée et repeinte. « Cela a nécessité un mois de travail », précise Patrice Patthey, qui a l’habitude de mener des chantiers pour ERS, spécialiste de la réfection de grosses machines industrielles dans le Doubs. « Cette machine est venue de Suisse à Quingey, puis chez nous à Poligny, avant de repartir à chez ERS pour huit mois de remontage et enfin à Marignane chez Eurocopter. » Les machines qui passent chez Aera Patthey & Fils voyagent partout dans le monde, parfois jusqu’en Chine.

Agrandissement, autonomie en électricité

L’entreprise existe à Poligny depuis 2003, mais elle a été créée en 1995 à Montmorot. La douzaine d’employés est au service des particuliers et des professionnels pour redonner une nouvelle jeunesse à tous leurs objets. Les savoir-faire sont multiples : décapage, sablage, métallisation, thermolaquage, peinture liquide.
Et les projets ne manquent pas. En janvier 2019, un four de 3,50 mètres de haut, 9 de long et 3 de large a été installé. « La SAS a acquis un terrain de 100 m de long et 40 m de large, mais on ne peut pas monter un bâtiment de 60 m par 30 m de large, sachant que nous devons impérativement laisser 10 m de vide entre les voisins de chaque côté suivant les normes ICPE (Installations classées pour la protection de l’environnement) en vigueur sans que la Mairie veuille bien vendre les terrains d’à côté », annonce Patrice Patthey. L’entreprise sera aussi très prochainement autonome en électricité. 160 kilos de panneaux photovoltaïques doivent être installés sur le toit. « Il y aura du surplus, qui sera revendu », se réjouit le chef d’entreprise.