Uber Eats, Deliveroo…il faut encore patienter !

Ils étaient attendus pour l’automne 2020, repoussés un an plus tard pour finir par disparaître des radars. Les services de livraison à domicile Uber Eats ou bien encore Deliveroo ne sillonnent finalement pas la capitale jurassienne.

0
227
Uber Eats, Deliveroo...Ce n'est pas pour tout de suite ! Image d'illustration

Les restaurateurs connaissent une pénurie de personnel depuis le premier confinement. Un phénomène qui s’étend au-delà de la salle et de la cuisine puisque même les services de livraison, pourtant très en vogue, en pâtissent. Uber Eats a commencé à poser ses pions en 2020 en annonçant sa venue à Lons à l’automne de la même année. Mais faute de livreurs suffisants, cela n’a pas pu se faire. Même son de cloche pour son concurrent, Deliveroo qui essuie le même revers un an plus tard, à l’automne 2021. Toutefois, Uber Eats n’abandonne pas l’idée et pourrait parcourir les rues de Lons et des alentours d’ici la fin du semestre de cette année.
Les livreurs sont des indépendants, payés à la course. Les tarifs proposés par Uber Eats sont clairs : 2.85€ la course + 0.76€ par kilomètre parcouru. A cela peuvent s’ajouter différentes primes, comme celle de pluie par exemple. La cadence lédonienne n’est pas celle d’un parisien qui pourrait, toutes charges déduites, prétendre à un salaire convenable. Il ‘agit donc d’un revenu d’appoint, qui ne semble pas séduire suffisamment de volontaires pour permettre au service de se mettre en place.
Une enseigne a toutefois réussi à s’implanter : Lyveat. Venue tout droit d’Oyonnnax, l’entreprise de livraison à domicile a su se créer un réseau et une clientèle sur Lons. Le salaire des livreurs est annexé sur le tarif de la commande à livrer (10% du chiffre d’affaires). Ces derniers se déplacent dans un rayon de 30km, au service d’une vingtaine d’établissements, majoritairement de restauration rapide. La start-up française recherche elle-aussi de nouveaux livreurs.