Salins-les-Bains : Thermasalina, point d’orgue du dernier conseil municipal

Parmi les points à l’ordre du jour du conseil municipal du 11 avril, l’établissement thermal a créé un débat passionné. Les élus étaient appelés à délibérer sur le principe d’une DSP (Délégation de Service Public).

0
243

C’est une situation délicate.
« Le déficit des thermes en 2021 de 660 000 € est pris en charge pour moitié par l’Etat. La perte restant à la ville sur l’épargne nette est de 220 000 €, rappelle Michel Cètre ».
Cette somme doit être prise en charge par le budget général et sera épurée sur 5 ans soit 44 000 € par an.
« Aujourd’hui on sait qu’il y a nécessité d’investir sur l’établissement thermal, rappelle l’élu. Pour lui donner une dimension supérieure et développer l’aspect bien-être, 3 M€ seraient nécessaires (selon 4 délégataires potentiels). Nous n’avons ni les moyens d’investir ni d’emprunter. C’est l’une des raisons pour laquelle nous réfléchissons à une Délégation de Service Public. On ne va pas discuter encore trois ans ou tout au long du mandat du quid de l’établissement thermal. Une DSP est l’orientation que souhaite prendre le conseil municipal ».
Et de conclure :
« Nous ne vendons pas l’établissement thermal et si l’on considère que les délégataires ne sont pas en capacité d’apporter le service défini dans le cahier des charges, nous ne signerons pas « .

L’opposition est agacée

Mikaël Yanardag ne valide pas l’idée d’une DSP.
 » Vous vous êtes engagés il y a 2 ans, face aux salinois, à conserver la gestion municipale des thermes, propriété des salinois. Pourquoi est-on agacé aujourd’hui ? Parce que l’on considère que ce n’est pas le moment de faire évoluer les statuts. On préférerait redéfinir une stratégie globale municipale pour l’établissement thermal et après, réfléchir à l’évolution des statuts. Vous dites que l’établissement thermal est la propriété des salinois. Pourquoi ne pas leur demander leur avis ?  »

Des remous au sein de la majorité

Dominique Gavignet, conseiller de la majorité, se dit  » mal à l’aise vis-à-vis des salinois rencontrés durant la campagne électorale il y a 2 ans, et à qui nous avons tenu des propos sur lesquels aujourd’hui on fait marche arrière. Je trouve prématuré d’envisager cette DSP ; nous n’avons pas suffisamment creusé les possibilités que l’on a en régie ».

Le principe d’une DSP a finalement été validé. Après étude des différentes possibilités de gestion, la décision finale devra intervenir avant le 31 décembre.