Salins-les-Bains : le SMIX est opérationnel

Le Syndicat Mixte de la Grande Saline, créé le 1er janvier 2024, afin d’optimiser le développement de ce site patrimonial, tenait vendredi 12 janvier son premier conseil syndical.

0
284

Après un retour historique sur l’histoire de la Saline et du Sel par Claude Bouveret, il était procédé aux diverses élections. Michel Cètre était élu président du comité syndical, Clément Pernot, Dominique Bonnet et Claude Bouveret vice-présidents.

Après lecture par Michel Cètre de tous les aspects du Syndicat Mixte, Dominique Bonnet exprimait la fierté pour la communauté de communes Cœur du Jura de s’associer à cette belle expérience et à cette création de syndicat. « Soyez assuré M. le président de notre soutien et surtout de cette volonté de mettre en valeur un des plus hauts lieux de notre Cœur du Jura. »

Clément Pernot quant à lui rappelait la première rencontre avec Michel Cètre autour des investissements nécessaires sur le site pour continuer à bénéficier du soutien de l’Unesco. « On a alors pris conscience de ce que représentait ce patrimoine pour la commune de Salins. C’est un bien inestimable, chaque maire de France et de Navarre rêverait d’avoir un tel équipement. Mais ça peut vite se transformer en drame absolu dès lors que vous êtes seul en gestion. Tous ceux qui étaient dans la contestation par rapport au projet dans lequel nous nous engagions sont finalement des ennemis de la Grande Saline », martelait-il.

Un jeu de proximité

Et de poursuivre :
« Ils ne voulaient pas qu’elle prospère dans de bonnes conditions mais qu’elle soit contenue dans un schéma minimaliste. Je suis en colère par rapport à des élus de cette nature, des élus qui prétendent pouvoir mener les affaires de Salins sans prendre la mesure des difficultés qu’un tel patrimoine génère. Quel drame avait-il commis ce maire de Salins lorsqu’il s’est tourné vers la communauté de communes ? À quoi sert-elle sinon à aider les communes qui font partie de son giron à réaliser des projets ambitieux ? Qui contestera aujourd’hui que le patrimoine de Salins n’est pas un patrimoine de niveau au moins départemental ? Il faut être fou pour oser croire que ce projet ne devrait être porté que par les Salinois. En s’associant à la communauté de communes et au Département, c’est un jeu à trois, un jeu de proximité. L’état et la Région sont plus éloignés, mais restent des partenaires que nous solliciterons. Cette collaboration plus collective va donner un élan d’une autre nature à cette Saline qui va encore rayonner, parce que c’est la volonté du Département, de la communauté de communes et surtout celle de Salins ».

« Malgré les petites mesquineries de bas-étage que j’ai pu entendre, je suis heureux mon cher Michel que tu prennes la présidence du comité syndical, concluait-il, montrant ton ambition pour la Saline et pour Salins. Je tenais à affirmer notre solidarité pleine et entière, notre volonté d’être à tes côtés. Ce site doit rayonner, être un complément à la Saline Royale d’Arc-et-Senans et ce sera vraiment une réussite si la Grande Saline devient un élément incontournable pour tous les visiteurs de la Saline Royale. »

7 à 8 ans sont nécessaires pour la réalisation de cet ambitieux projet

Dès cet été, les travaux débuteront sur les voûtes de la galerie, puis les études sur la maison du Pardessus afin de réaliser les travaux dans les deux ans. « Nous avons besoin d’un accueil et d’une boutique dignes de ce nom », soulignait Michel Cètre, cet été nous avons été confrontés à du sur-tourisme. » En parallèle, des travaux sur le magasin des sels seront entrepris. Enfin dans l’objectif d’atteindre le nombre de 92 à 93 000 visiteurs, de nouveaux spectacles culturels seront créés.