Prévention, reconnaissance et préservation, en débats au Département

La séance publique trimestrielle du Conseil départemental s’est tenue ce lundi 20 mars. Celle-ci fut largement consacrée aux nouvelles orientations de la prévention spécialisée à destination des mineurs, à la reconnaissance du travail mené en matière d’aide sociale à l’enfance ainsi qu'à la préservation de la ressource en eau via la mise en place d’une nouvelle aide aux territoires. Détails.

0
4749
Le Président Pernot a souhaité rappeler que "Les liens que le Département entretient avec les communes sont essentiels".

Un nouveau plan départemental de prévention spécialisée

« L’éducation devient de plus en plus compliquée… »
Or, la prévention spécialisée par une aide à l’insertion est l’une des compétences du Département. Elle s’adresse prioritairement aux mineurs et consiste à prévenir leur marginalisation et leur inadaptation sociale, notamment les conduites à risque et la maltraitance.
L’objectif du dispositif voté par l’Assemblée départementale est donc de cibler l’ensemble des jeunes susceptibles d’être confrontés à ce type de problème. Une action déployée sur l’ensemble du territoire avec une priorité ciblée vers les publics relevant de la responsabilité du Département, les collégiens ainsi que les jeunes déscolarisés.
Ce plan départemental de prévention spécialisée sera mis en œuvre en lien avec l’Éducation nationale et doit permettre, par l’intervention de professionnels recrutés directement par le Département (trois créations de postes à compter du 1er avril prochain), de sensibiliser tous les jeunes à ces risques.
Ces professionnels interviendront sur différentes problématiques qui concernent souvent les collégiens : la vie affective et sexuelle, le harcèlement scolaire, les risques liés aux réseaux sociaux, le sexisme, l’égalité femmes / hommes, la laïcité, les addictions et la nutrition.
Ainsi, dans les collèges, différentes actions seront menées : interventions dans les classes avec des supports pédagogiques divers (films, jeux, etc.), sorties extérieures, journées prévention, sollicitations d’acteurs extérieurs proposant des modes d’intervention innovants comme le théâtre action (prévision d’un budget ou mobilisation des fonds des collèges).
Dans le Jura, plus de 800 jeunes mineurs bénéficient de la protection du département et de l’accueil assuré par 180 familles « spécialisées » dans cette action remarquable de générosité et d’engagement.

Lancement de la nouvelle aide aux territoires

En décembre dernier, lors de l’examen du budget primitif 2023, l’Assemblée départementale a provisionné la somme d’1,5 millions d’Euros au profit d’un nouveau dispositif d’aide aux territoires. Il succède à l’ancien dispositif Dotation Jura.
Les conseillers départementaux ont donc validé lundi matin six orientations qui conditionnent les demandes de subventions effectuées par les différentes collectivités du Jura. Sont ainsi éligibles :
– Les travaux sur les réseaux d’assainissement et d’eau potable. Ils constituent en effet plus que jamais un enjeu fondamental pour les Jurassiens dans le contexte actuel de raréfaction de la ressource. De manière complémentaire, le Département pourra également intervenir pour accompagner les territoires sur la problématique de la maîtrise des eaux pluviales et de ruissellement.
– Les équipements sportifs. La priorité sera donnée à ceux utilisés par les collégiens, sous réserve de leur disponibilité pour répondre à leurs besoins sur le temps scolaire. Le taux de la subvention départementale sera donc calculé en fonction de leur taux d’occupation. De manière plus générale, le Département adaptera le niveau de son soutien financier à la nature de l’équipement (gymnases, terrains de grand jeu et leurs annexes, piscines, sites naturels…) et à son intérêt pour le développement de la pratique sportive locale.
Les dispositifs spécifiques déjà existants sont maintenus. Ils concernent les Monuments historiques (instruction des dossiers articulée avec les services de la DRAC), les médiathèques (obligation d’une maîtrise d’ouvrage intercommunale), le soutien au petit commerce en milieu rural (strictement limité depuis la Loi NOTRe aux cas de carence avérée de l’initiative privée) et les maisons de santé.
Le patrimoine immobilier des communes : les travaux de réhabilitation et requalification du bâti seront prioritaires s’ils tiennent compte des critères liés à la transition énergétique avec des seuils de travaux minimums.
La sécurité des routes : les investissements en matière d’ouvrages d’art communaux (ponts, murs de soutènement, etc.), souvent très lourds financièrement, pourront continuer d’être aidés selon les modalités définies en 2022.
Les schémas communaux de défense contre les incendies continueront d’être subventionnés, sous réserve d’un avis technique favorable des services du SDIS.

Des liens essentiels…

En conclusion, le Président Pernot a souhaité rappeler que « Les liens que le Département entretient avec les communes sont essentiels. Les solidarités territoriales qui en résultent, contribuent au développement et à la solidification du bloc communal, bien en place dans son intercommunalité et en définitive, dans tout le Jura ».


Au fil des dossiers départementaux…

Avant de lancer les travaux prévus au sommaire de cette séance publique, Le Président Pernot a fait le point sur différents sujets d’actualités.

Manifestation de l’association « Solidarité Paysans Jura » le 27 février lors de la commission permanente du Conseil départemental :
« Je regrette ces comportements visant à contester la décision
souveraine de notre assemblée (la suppression de leur subvention). Nous sommes sensibles aux agriculteurs en difficultés. Je sens la nécessité de mettre en place un service compétent et agréé pour toutes les interventions dans le secteur agricole. Nous y travaillons avec l’État, la chambre d’agriculture et la MSA. Le monde agricole mérite l’intervention et le suivi attentif du département, acteur de proximité ».
Lac de Chalain : « Récemment, le Préfet a signé l’arrêté faisant office d’avenant au règlement d’eau pour le lac. La fin de la gestion artificielle estivale de la cote du lac est donc actée dès cette année. Je remercie publiquement EDF petite hydroélectricité pour son écoute et son partenariat. Nous mettons tout en œuvre afin d’accueillir, d’une manière plus adaptée sur les plages du domaine, les reports de population du fait
de la diminution des surfaces de plage sur Marigny et Doucier ».

Travaux :

Collège Maryse Bastié à Dole : « Les travaux se poursuivent. C’est un chantier d’ampleur de 15,5 millions d’euros financé par le département. La phase 2 concerne la construction d’un niveau supplémentaire et la déconstruction de l’espace administratif ».
Pont sur l’Ain à Pont-du-Navoy : « La seconde phase du chantier est en cours avec une circulation alternée devant se terminer fin avril. L’opération globale représente un investissement de 2,2 millions d’euros pour le Conseil départemental ».
Pont de Salans : « Cet ouvrage important nécessitait certains aménagements et réparations afin de garantir son utilisation dans les années à venir. Les travaux sont en cours et ils représentent un montant total de 4,5 millions d’euros. Ils sont cofinancés par les départements du Jura (2 705 000 €), et du Doubs (1 666 000€) ainsi que par la Communauté de Communes Jura Nord (129 000 € pour la passerelle mode doux) ».
Bellecin, centre sportif : « La construction de la piscine couverte est terminée depuis un mois. Le coût total du programme de travaux s’élève à 5,4 millions d’euros ».

 

La fin de la gestion artificielle estivale de la cote du lac de Chalain est actée dès cette année.