Première preuve de reproduction de Lynx en Côte-d’Or

0
184
Une femme lynx a été filmée avec son jeune. (Crédit photo : Guillaume François/ Athénas).

Le suivi du Lynx boréal assuré en France par le Réseau Loup Lynx de l’Office français de la biodiversité a permis de mettre en évidence la première preuve de reproduction de l’espèce en Côte-d’Or. Cette espèce à fort enjeu patrimonial (environ 180 individus en France dont environ 80 % se situe dans le Massif Jurassien) fait l’objet d’un plan national d’action dont Fabien Sudry, préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté, préfet de la Côte-d’Or, est le coordinateur.

Recolonisation spontanée de nouveaux espaces forestiers

Un des enjeux de ce PNA porte sur la recolonisation spontanée de nouveaux espaces forestiers.
Depuis plus de 10 ans, des témoignages parviennent à l’OFB de la présence de lynx en Côte-d’Or, sans pour autant que ces observations puissent être validées de façon formelle. C’est seulement en septembre 2018, avec la découverte d’un lynx mort à Échannay (21) que l’OFB obtient la confirmation de la présence de l’espèce dans le département.
Entre 2018 et aujourd’hui, des images et vidéo confirment la présence d’au moins deux individus différents en Côte-d’Or (lynx différenciés par leur pelage unique).
Pour rappel, le lynx est une espèce protégée au niveau national et au niveau international (sa destruction est passible de 150 000 d’amende et de 3 ans d’emprisonnement). Cette espèce consomme préférentiellement des ongulés sauvages (chevreuil, chamois) et dans de très rares occasions des moutons. Un seul constat de dommage avéré a été réalisé et attribué au lynx en 2021 dans le département.

Une femelle lynx filmée avec son jeune

Suite à plusieurs signalements et images de lynx sur la côte et l’arrière côte dijonnaise, les agents du service départemental de l’OFB ont disposé des piège-photos pour confirmer la présence de l’espèce. La dernière relève a permis de collecter plusieurs vidéos montrant une femelle lynx avec son jeune jouant devant le piège-photographique.
Afin de mieux suivre et connaître cette espèce sur le département, un dispositif de piège-photographiques sera déployé dans les semaines à venir, en partenariat avec l’Office national des forêts, la Fédération Départementale des Chasseurs de Côte-d’Or, les associations de protection de la nature, ainsi qu’avec les correspondants du réseau Loup Lynx de l’OFB