Nous voilà de retour : l’ambroisie, aussi…

Coup de projecteur sur une plante annuelle envahissante, dont le pollen est à l’origine de fortes réactions allergique : rhinites, conjonctivites, trachéites, avec, dans 50% des cas, l’apparition de l’asthme ou son aggravation.

0
133

Une plante invasive et allergisante

L’ambroisie est une plante annuelle envahissante, dont le pollen est à l’origine de fortes réactions allergiques.
L’allergie à l’ambroisie apparaît après plusieurs années d’exposition à son pollen.
Quelques grains de pollens par mètre cube d’air sont suffisants pour déclencher des manifestations allergiques : rhinites, conjonctivites, trachéites, avec, dans 50% des cas, l’apparition de l’asthme ou son aggravation.
En Auvergne-Rhône-Alpes, région française la plus touchée, la fréquence de l’allergie à l’ambroisie est estimée à 10 %, atteignant 37 % dans les zones les plus exposées.
Le pic de pollinisation survient à la fin du mois d’août voire au mois de septembre.
Très envahissante, l’ambroisie est en pleine progression dans notre région (voir aussi carte ci-dessous).

 

 

Elle colonise tous les milieux et se propage essentiellement du fait des activités humaines : chantiers, déplacements de terre, de matériaux… Les localisations se retrouvent principalement sur les accotements routiers et les parcelles agricoles.
Le nombre de personnes sensibles croît en fonction de l’importance de l’exposition.
L’objectif de la lutte est donc de réduire l’exposition aux pollens, par l’élimination de la plante et par la prévention de la dissémination de graines.

Comment lutter contre l’ambroisie ?

Les 8 départements de la région Bourgogne-Franche-Comté disposent d’arrêtés préfectoraux imposant les mesures à mettre en œuvre pour prévenir son apparition et lutter contre sa prolifération.
Les préfets de département arrêtent les mesures à mettre en œuvre sur leur territoire en fonction du contexte local, et notamment du niveau de présence des ambroisies et du type de milieux infestés (sols agricoles, bords de route, zones de chantier, terrains de particuliers…).
Les collectivités territoriales peuvent participer à la mise en œuvre des mesures définies par le préfet, notamment en désignant un ou plusieurs référents territoriaux dont le rôle est, en particulier, de repérer la présence de ces espèces, de participer à leur surveillance et d’informer les personnes concernées des mesures de lutte pouvant être appliquées sur leurs terrains.
Chaque particulier ou chaque entreprise privée est susceptible d’être concerné pour mettre en œuvre des mesures permettant de lutter contre cette infestation (arrachage de pieds d’ambroisie, etc.).

Répartition de l’ambroisie en Bourgogne-Franche-Comté : vers une installation durable

L’ambroisie s’installe durablement en Bourgogne Franche-Comté : depuis l’Ain et le Rhône, l’expansion de l’ambroisie est très active dans les départements du sud de la région. Les départements de la Nièvre et de la Saône-et-Loire sont les plus touchés, suivis par le département du Jura.
Des apparitions sporadiques sont également notées dans les autres départements, qui constituent le front de colonisation.

Surveillance des pollens dans l’air

La surveillance des pollens dans l’air est assurée par l’association agréée pour la surveillance de la qualité de l’air ATMO Bourgogne-Franche- Comté, en lien avec le réseau national de surveillance agrobiologique (RNSA) au moyen d’un réseau de capteurs.
Lorsque le Risque Allergique d’Exposition au Pollen (RAEP) dépasse la valeur de 3, les personnes allergiques peuvent déclencher des symptômes.

Trois modes de signalement possibles :

– Sur internet : https://www.signalement-ambroisie.fr/
– Par mail : contact@signalement-ambroisie.fr
– Par téléphone : 0 972 376 888

carte ambroisie