Pêche : les (r)évolutions climatiques 2023

L'ouverture de la pêche à la truite préfigure une saison placée sous le signe de mutations à marche forcée, changement climatique oblige…

0
695
Les truites sauvages trophées deviennent un mythe que les pêcheurs essaieront néanmoins de poursuivre ces prochains mois.

Un symbole, une fête, un top départ : comme chaque année, l’ouverture de la pêche à la truite fait vibrer le 11 mars des dizaines de milliers de passionnés. Mais après une année 2022 placée sous le signe de la sécheresse, 2023 commence avec des rivières et des lacs tout aussi anémiés. De quoi préoccuper la Fédération de pêche du Jura : selon son  président, Roland Brunet, il faudra absolument continuer à protéger la ressource piscicole, avec un quota de truites sauvages ramené de 3 à 2 prises par jour.

Trois associations de pêche ont également demandé de déclassifier certains cours d’eau considérés comme « rivières à truites », attendu qu’elles ne peuvent désormais plus y survivre (température de l’eau trop élevée). D’autres associations -comme celle de Champagnole- envisagent de transformer certaines portions de rivières (l’Angillon en l’espèce) devenues des déserts halieutiques en pôles d’attractivité grâce à des déversements de truites d’élevage (avec des poissons trophées).

Tout cela prouve à quel point le Jura et la Franche-Comté (jadis bénie par Saint-Pierre) paient un lourd tribut au dérèglement climatique. Les nombreux lacs et étangs deviennent des refuges vers lesquels se réorientent une partie des 18.000 pêcheurs jurassiens, mais cela nécessite également de sérieux ajustements. Outre le cas particulier de Chalain (lire encadré), Vouglans suscite de nombreuses interrogations.

« La pression de pêche y est très forte, le jet ski pose problème, et les bateaux de pêche deviennent de plus en plus gros » résume Roland Brunet. Résultat : il devient de plus en plus compliqué de mettre à l’eau sa barque, l’attente pouvant monter jusqu’à  une heure trente. Il faudra donc s’armer de patience et de discipline pour pêcher dans certains lacs, un pêcheur averti en valant deux…

SH

Chalain serre la vis 

La pêche continuera à être possible sur Chalain : selon Roland Brunet, « il n’était pas gagné de renouveler le bail qui nous lie avec le Conseil départemental du Jura », Conseil qui souhaite désormais protéger ce lac. En contrepartie, plusieurs changements notables s’imposent : il ne sera plus possible d’amarrer sa barque au lac, il faudra donc la mettre à l’eau chaque jour de pêche sur les trois mises à l’eau disponibles (Pergola, Maison Familiale et rurale, et domaine). Mais sur ce domaine de Chalain, impossible durant la période estivale « pour des raisons de sécurité » précise Roland Brunet. Des tours de vis aussi liés à une surfréquentation du lac et aux centaines de barques présentes ces dernières années… Enfin une « fenêtre de capture » sera testée durant trois ans (ainsi que sur le lac de Chambly et du Val) pour le brochet : seront prélevables les spécimens compris entre 60 et 80 centimètres. Un test inédit dans le Jura, mais qui a fait ses preuves ailleurs pour protéger les populations de maître Esox…