Les révélations du dernier conseil municipal

Lors de cette dernière séance avant les vacances, les questions de l’opposition ont amené le maire à communiquer quelques informations intéressantes…

0
831
En plus des points à l'ordre du jour, le maire a dévoilé plusieurs informations intéressantes pour les Lédoniens.

Le gros dossier de la séance du 26 juin concernait la cession du tènement, 2, avenue de Montciel. Après plusieurs conjectures, c’est finalement la société Juratoys qui devrait faire l’acquisition du terrain. L’entreprise a pour projet de réaliser sur le bien un programme de construction comprenant notamment des bureaux et les locaux annexes destinés à l’accueil des salariés et de ses partenaires commerciaux et de service, ainsi que les infrastructures de stationnement et de circulation nécessaires. « Nous avons reçu beaucoup de sollicitations, notamment des grandes surfaces. Ce projet semblait le plus cohérent », a indiqué le maire, Jean-Yves Ravier. Il est pourtant loin de faire l’unanimité, puisque les huit conseillers municipaux de la minorité ont voté contre. Nous reviendrons plus longuement sur le dossier dans notre prochain journal.

Maison de santé

Les charges à caractère général de la maison de santé n’ayant pas été suffisamment provisionnées « pour l’énergie, pour l’électricité, et parce qu’il reste encore des locaux qui sont vides », a expliqué Willy Bourgeois, adjoint aux finances, 29 000 € ont été proposés dans le cadre de la décision modification n°2 du budget « pour permettre de combler le déficit d’exploitation ». Le maire a annoncé qu’une podologue devait normalement s’installer courant juillet.

Parking souterrain

A Christophe Bois de l’opposition qui l’interrogeait, Jean-Yves Ravier a répondu que le parking sous la place de la Liberté « sera de nouveau accessible à tout le monde à compter du 1er janvier 2024 car il y a des contrats mensuels donc le temps que les locataires trouvent une nouvelle solution ». « On ne peut que saluer cette décision de rendre le parking au domaine public. Cette privatisation nous choquait », a commenté Christophe Bois. « C’était une expérience, a répondu le maire. On a fait un bilan (toutes les places étaient louées, dont la moitié à des commerçants), écouté les uns et les autres. Cela ne va pas révolutionner la ville de Lons. »

Pas de concert le vendredi 4 août car…

« Vous n’organisez pas de concert pour ne pas faire concurrence au Rock’n Horses, a affirmé Grégory Sourd de l’opposition, et est-ce exact que cela a été compensé par cent places offertes aux salariés ? » Le maire a confirmé le nombre et qu’un tirage au sort a dû être réalisé par les ressources humaines car il y avait trop de demandes.
« Je pense que les commerçants de la ville seront ravis », a commenté Sophie Olbinski. « Ils sont ravis du programme de manifestations de l’été qui se déroule pendant deux mois et qui est particulièrement intéressant et riche, a répondu Anne Perrin. Ils voient le verre à moitié plein. » « On ne doit pas rencontrer les mêmes commerçants », a rétorqué Sophie Olbinski. Jean-Yves Ravier aurait aimé programmer une animation plus tôt, à 17 h, ce jour-là, mais cela n’a pas été possible. Le maire s’est voulu rassurant : « Je ne pense pas que cela mettra en péril l’activité économique du commerce lédonien ».

Ancienne caserne des pompiers

Le conseil municipal s’est terminé par une série de questions du groupe indépendant, composé de Jean-Philippe Huelin et Catherine Clerc. La première interrogation concernait le devenir de l’ancienne caserne des pompiers à la Marjorie, pour laquelle les citoyens avaient été consultés en 2021.
« La caserne des pompiers a été confiée à un professionnel du bâtiment qui va évoluer le potentiel du tènement et continuer le projet avec l’objectif premier de répondre aux besoins émis lors de l’enquête », a répondu le maire. Il reste une interrogation sur l’achat de la tour des pompiers, qui n’est toujours pas démolie et qui pourrait modifier le projet.

Parc des Bains

Suite aux études portant sur l’état sanitaire du patrimoine arboré, les arbres dangereux ont été abattus pour sécuriser les usagers. Le réseau d’éclairage va être modernisé en automne. Le club de tennis a confirmé sa volonté d’abandonner les terrains.

Briand

L’école Briand est fermée depuis 2016. « Depuis 2020, on avait pris deux arrêtés d’ouverture provisoire », a rappelé le maire, pour des animations dans le cadre de L’été sera Lons et pour d’autres activités. Compte-tenu des difficultés et des exigences du Sdis, il a été décidé de ne plus accepter de public. « Il est préférable qu’il reste vide en attendant de futurs travaux. »
La municipalité doit faire face au même type de difficultés en termes de sécurité pour l’hôtel d’honneur et les salles d’apparat. « Le bâtiment dont on hérite est vide depuis 2015 donc permettez-nous de prendre aussi le temps pour une future rénovation », a conclu Jean-Yves Ravier.