L’Édito. Les couloirs du temps

0
331
Le passage à l’heure d’été s’opérera ce dimanche 31 mars 2024 à 2 heures du matin.
Ainsi, il faudra ajouter 60 minutes à l’heure légale. Et il sera alors 3 heures.

Ce « décalage temporel » fut instauré en France à la suite du choc pétrolier de 1973-1974 « pour économiser les bougies et les chandelles », comme on disait à l’époque…
Il m’a toujours amusé pour ne pas dire fasciné, puisqu’il nous rapproche du concept du fameux voyage le temps dont bon nombre de romans ou de films de science-fiction se sont emparés, à l’image du classique des classiques “Retour vers le futur” de Robert Zemeckis, et de son fameux almanach (venu du futur) qui permet à son détenteur, Biff Tannen, de connaître le score des rencontres sportives avant leur déroulement, ou encore l’arrivée des courses de chevaux, avant leur départ. Et ainsi, de faire fortune face aux bookmakers…
Or, pour cela, une heure peut largement suffire… Rêver c’est déjà çà !
Plus sérieusement (encore que), on se souvient que juste avant l’arrivée de la Covid-19, il y a un peu plus de 4 ans, les eurodéputés devaient valider la suppression du changement d’heure saisonnier.
Laquelle suppression devait être adoptée fin 2020, puis transposée par les États membres. « Cependant, en raison de la crise sanitaire liée à la Covid-19, ce texte sur la fin du changement d’heure n’est plus à l’ordre du jour et ne devrait pas être discuté dans un avenir proche » précisent à ce sujet, les autorités compétentes.
Rien de nouveau sous le soleil de ce printemps 2024, puisque de ce fait, le changement d’heure persistera, et risque encore de demeurer de nombreuses années !
De quoi nous réjouir, via ce rituel bisannuel de pouvoir encore nous exalter de l’euphorique sensation, bien qu’illusoire et éphémère, de traverser en quelque sorte, au moins deux fois par an, entre 2 heures et 3 heures du matin, les couloirs du temps…