Rubrique. Le chiffre de la semaine : 1 sur 100 !

0
268

L’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (Inserm) estime qu’environ 1% des bébés naissent avec un poids insuffisant (généralement inférieur à 2,5 kg), du fait de la pollution atmosphérique !
Précisément, les chercheurs de l’Inserm et de l’Université Grenoble Alpes ont étudié la façon dont la pollution atmosphérique peut impacter le développement d’un enfant au cours de la grossesse. Leur étude, rendue publique au début du mois de mai 2024, visait à déterminer les effets de 3 polluants de l’air (dioxyde d’azote, particules PM10 et PM2,5) sur un panel de près de 1 500 femmes enceintes.
Les chercheurs ont concentré leur étude sur l’ADN du placenta, un organe clé du développement fœtal. Particulièrement vulnérable à de nombreux composés chimiques, le placenta peut être assimilé à une archive témoignant de l’environnement prénatal de l’enfant. Les conclusions des chercheurs, rendues publiques début mai 2024 dans la prestigieuse revue médicale « The Lancet Planetary Health », confirment un impact négatif sur le développement de l’enfant. Et ce, à hauteur de 1 sur 100.