L’invité de la semaine : Franck Vichet

La 32e édition du concours national des crémants vient d’être organisée dans le Jura. Lequel a permis de mettre en valeur une catégorie de vins particulièrement dynamique. Le point avec le président de la commission crémant au sein de la société de viticulture du Jura.

0
929
Le président de la commission crémant au sein de la société de viticulture du Jura met en avant les bons résultats des vignerons du terroir (L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération).

Le concours national de crémants qui vient d’être organisé à Lons a mis en avant chacune des huit appellations françaises de crémant. Comment présenter ces vins ?

Le crémant est une catégorie de vins effervescents, blancs ou rosés, élaborés selon la méthode traditionnelle : vendanges manuelles, deuxième fermentation en bouteille, élevage de douze mois minimum dont neuf sur lattes, séparation des lies par dégorgement. Chaque crémant est issu des cépages identitaires de la région dans laquelle il est produit. En France, on compte huit appellations d’origine protégée (AOP) de crémant qui réunissent quelque 1 100 élaborateurs : l’AOP crémant d’Alsace, l’AOP crémant de Bordeaux, l’AOP crémant de Bourgogne, l’AOP crémant de Die, l’AOP crémant du Jura, l’AOP crémant de Limoux, l’AOP crémant de Loire et l’AOP crémant de Savoie. Les syndicats des différentes appellations sont réunis au sein de la Fédération nationale des producteurs et élaborateurs de crémant.

Et l’AOP crémant du Jura ?

Avec 434 hectares de vignes répartis sur une centaine de villages, le crémant du Jura, reconnu en appellation d’origine protégée (AOP) depuis 1995, se fond dans le vignoble jurassien, dont il partage l’encépagement à base de chardonnay, de poulsard, de pinot noir, de savagnin et de trousseau. Aujourd’hui, la filière AOP crémant du Jura réunit 415 producteurs et 173 élaborateurs. 22 708 hectolitres ont été produits en 2022. Cela représente 2,5 millions de cols, dont 38 % à l’export.

Pourquoi ce concours national ?

Ce concours est ouvert aux vins des neuf appellations de crémant reconnues dans le monde : huit en France et une au Luxembourg. Plusieurs centaines de références sont présentées chaque année et dégustées à l’aveugle par un jury professionnel dans lequel on retrouve des œnologues, des cavistes, des sommeliers et des journalistes spécialisés. Depuis quatre ans, le concours est décentralisé dans chaque région de production.
Le concours vise à récompenser les meilleurs crémants de la compétition, permettant aux différents lauréats de valoriser leurs productions auprès des différentes cibles, prescripteurs, distributeurs et grand public, grâce à l’attribution de médailles d’or, d’argent ou de bronze. En outre, il constitue un événement d’image qui, chaque année, permet de sensibiliser des leaders d’opinion à la diversité des crémants : crémant blanc brut, crémant blanc brut millésimé, crémant rosé brut, crémant blanc de noirs brut…

Des vignerons jurassiens se sont-ils particulièrement distingués à cette occasion ?

Un grand nombre ! Leur crémant du Jura blanc brut est médaille d’or : Domaine Jacques Tissot, Clavelin Hubert et fils, Caveau des Byards, Domaine Maire et Fils ; crémant du Jura blanc brut millésimé 2020 + crémant du Jura blanc extra-brut : Domaine Grand ; crémant du Jura rosé brut : Caveau des Byards et Domaine Maire et fils.
Leur crémant du Jura blanc brut est médaille d’argent : Fruitière vinicole d’Arbois, Caveau des Byards (pour deux crémants) ; pour leur crémant du Jura blanc brut millésimé 2016, Domaine Maire et fils.

Comment se porte la filière ?

Avec 102,3 millions de cols vendus en 2022, soit une hausse de 5,8 % en un an, la filière du crémant est même en avance sur ses objectifs puisque son plan stratégique prévoyait de dépasser la barre symbolique des 100 millions de cols seulement en 2025. Autre bonne nouvelle : après la toute petite récolte 2021, le vignoble de crémant a retrouvé de beaux volumes en 2022 avec une récolte supérieure à 810 000 hectolitres, soit un potentiel de production de 108 millions de cols. De quoi conforter la dynamique de la filière !