« Et si on ouvrait le dialogue ? »

Récemment, une jeune fille de 17 ans, titulaire d’un permis de chasse, tuait accidentellement une randonneuse de 25 ans. Une tragédie qui a rallumé les passions entre les chasseurs et les usagers de la forêt.

0
250
Vincent Dams (à gauche) et Jean-Yves Chalumeaux veulent instaurer un dialogue apaisé

L’association Jura Nature Environnement, ne pouvait rester sans réagir.
Jean-Yves Chalumeaux, titulaire à la commission départementale chasse et faune et Vincent Dams, chargé de mission au sein de JNE, se font les porte-parole de leur association : « Nous n’avons pas d’avis tranchés sur la pratique de la chasse car au sein de JNE, nous sommes tous différents », annonce Jean-Yves en préambule.
« Nous ne sommes contre personne, mais pour la sécurité de tous, ajoute Vincent. Aujourd’hui, nous avons à cœur d’instaurer un dialogue apaisé entre toutes les parties, à savoir les fédérations de chasse, celles de randonnées, de cyclistes… de tous les usagers de la forêt. Cela ne pourra se faire qu’avec le soutien des services de l’État ».

Un sujet épineux car clivant

Cette idée est née du constat que le sujet de la chasse est épineux, et provoque souvent des tensions dès lors qu’il est évoqué : « On remarque qu’il y a un clivage énorme : on est soit pour la chasse, soit contre. Il n’existe pas d’alternative et ce climat empêche toute discussion. Notre volonté est d’élargir le débat et de pouvoir y apporter des solutions pour tous y trouvent leur compte, sans léser qui que ce soit ».
Jean-Yves enfonce un peu plus le clou : « Il ne faut pas oublier que la chasse, tout comme la marche, le vélo ou la cueillette de champignons, reste un loisir. Il ne doit pas pour autant être un danger pour les promeneurs, comme c’est le cas aujourd’hui. On recense sur la dernière saison 80 accidents de chasse dont 7 mortels. C’est trop ! Il est indispensable qu’aujourd’hui, nous nous retrouvions tous sur le même terrain d’entente, à savoir le partage équitable et sécuritaire du domaine public qu’est la forêt. Et ce dans le respect de tous ! »
L’idée est lancée, reste à savoir si les acteurs de cette démarche globale répondront présents à cette main tendue…
A suivre.