Éditorial Mag 39

200

Voici venu le meilleur moment de l’année. Celui où il me faut rédiger cet éditorial printanier.
S’il s’avère évidemment et suprêmement exaltant, l’exercice consiste toutefois dangereusement à ne pas user des mêmes images que celles que j’emploie habituellement (car elles m’émeuvent toujours personnellement) : le réveil du vivant, l’effervescence des sens, des couleurs, des parfums…
Toutes ces émotions universelles qui nous subliment, qui nous révèlent que le meilleur reste à venir, qu’il faut ici et maintenant, demeurer optimiste. Résolument, peut-être même naïvement. Mais que le chemin est là, que le jeu en vaut grandement la chandelle, et que la vie vaut allègrement d’être vécue, finalement.
Transition toute trouvée, c’est vers le vert (et le verre aussi), que nous avons choisi de nous focaliser pour cette édition de printemps.
C’est donc en direction de nos prairies, de nos collines, de nos vignobles, et de l’ensemble de nos meilleurs produits locaux représentés au salon de l’Agriculture que nous avons porté notre intérêt.
Plus qu’un simple intérêt, c’est une réelle reconnaissance qu’il convient d’adresser à ceux qui défendent si bien nos valeurs (le courage, la satisfaction du travail bien fait, le goût de l’effort et du dépassement de soi…). Qui plus est lorsqu’ils s’y attellent avec talent et abnégation, sans toujours être rémunérés ni reconnus à leur juste valeur.
Pas la peine d’en dire plus, je vous laisse dès à présent plonger dans cette nouvelle édition, et me réjouis déjà de vous retrouver à l’aube d’un été qui forcément, s’achèvera bien trop tôt…