Dole : un conseil municipal houleux

Quand les positions de LFI s'invitent à l'ordre du jour...

0
996
Conseil Municipal Dole
A son début, le conseil fut un peu tumultueux...

La séance du conseil municipal de Dole, lundi 13 novembre 2023, s’est ouverte sur l’absence d’Ako Hamdaoui à son siège d’élu à la suite de sa récente démission.
Le maire Jean-Baptiste Gagnoux, au-delà des considérations politiques, a tenu à « saluer l’implication de ce dernier dans les affaires municipales » et comme l’exige la loi, installer le suivant sur la liste : Guillaume Bouteloup, membre de la France Insoumise.
Au sujet de son nouvel opposant, le maire réagit : « je ne peux me satisfaire de l’arrivée d’un élu LFI au regard de la situation actuelle. »
Jean-Baptiste Gagnoux fait directement référence aux récentes prises de position de La France Insoumise sur le conflit Israélo-Palestinien.
Par cette déclaration, le maire surfait sur une source de fracture au sein de la gauche française.
« Je suis un peu choqué de vous voir reporter un sujet national dans notre assemblée locale » rétorquait l’écologiste Hervé Prat en défense à son nouveau collègue.
Riposte immédiate du premier magistrat : « Pour reporter des sujets nationaux dans le débat, vous êtes champion Monsieur Prat. »

Guillaume Bouteloup : « Je serai un conseiller au service des Dolois »

Face à cette déclaration, Guillaume Bouteloup se défend de venir dans cette salle comme un représentant de la LFI, mais comme un conseiller municipal au service des Dolois.
« Ce n’est pas vraiment ce que vous avez étalé dans la presse »
remarquait le maire de Dole. Renvoyé dans ses 22, Guillaume Bouteloup n’a guère eu de temps pour s’acclimater au conseil municipal de Dole, déjà attaqué à ses dépens sur l’attitude de son mouvement politique.

Des dégradations sur la porte de la collégiale de Dole

Après cette passe d’armes, la séance s’est poursuivie, faisant défiler l’ordre du jour.
Premier point plus significatif, le rapport numéro 4 portant sur le fait d’autoriser le maire à intenter des actions en justice devant le juge des enfants. Une saisie que le maire souhaite faire à la suite des dégradations commises par des jeunes personnes sur la porte d’entrée de la collégiale.
Face à ses actes, Jean-Philippe Lefèvre faisait passer un message :
« La bêtise n’a pas d’âge et j’aimerais que chacun prenne conscience du respect à avoir. C’est à dire que l’on ne fait pas n’importe quoi dans un secteur historique. »

 

Cela va faire près de 20 ans que l’imposante bâtisse du château de Crissey reste porte (et fenêtres) closes.

 

Projet d’hôtel 5 étoiles au château de Crissey : « Quelques difficultés au démarrage? »

 

Un investisseur déjà actif dans le secteur des Rousses avait fait part il y a quelques mois à la municipalité doloise de son intention de racheter le château de Crissey (ancien centre de loisirs) ce dernier projetait de développer sur le site une activité hôtelière haute gamme avec l’ambition d’obtenir le label 5 étoiles pour son établissement…
Mais pour le moment, il semble que ce soit le calme plat du côté du château de Crissey.
Sur ce point, Daniel Germond, élu à la promotion de la ville confie :
« Si les choses n’avancent pas, cela ne vient pas de la ville mais de l’acheteur. Il n y a pas de signature chez le notaire et le site ne simplifie pas les choses avec la proximité de l’Aquaparc Isis, il faut sécuriser et les rénovations pour le bâtiment s’annoncent très coûteuses. »
Affaire à suivre.

E.S (avec C.K )