Deux Jurassiens lancent leur marque de sport

Loïc Renaud et Thomas Taponard ont commencé les pré-ventes de leurs shorts et maillots « Zéro basketball ». Trois questions à Loïc Renaud.

0
220
Loïc Renaud porte un des maillots qu'il a créés.

D’où vous est venue cette idée de créer votre marque d’équipements sportifs dans le basket ?
Je joue au basket depuis que je suis tout petit. Je suis dans l’équipe des SG2 de l’ESM. J’ai toujours eu aussi cette sensibilité pour la mode et pour l’écoresponsabilité. Je fais attention à ce que je consomme. J’ai cherché dans le basket et je n’ai rien trouvé donc je me suis lancé. J’ai créé des shorts et des maillots, type NBA. La matière de ces vêtements est plus lourde, plus qualitative. Nous allons réfléchir et travailler pour proposer des articles spécialement dédiés aux clubs, qui se sont montrés intéressés.

Tout est made in France. Avec qui travaillez-vous ?
Le design est fait à Paris. Les prototypes, les créations et les impressions à côté de Tarare. Le tissu à côté de Villefranche-sur-Saône et la production aussi dans la région lyonnaise. Je n’avais pas de connaissance dans le Jura pour produire en aussi grande quantité, mais je veux récupérer au maximum les chutes de tissus afin de faire ensuite des produits dérivés pour le basket et trouver potentiellement des petites structures made in Jura pour les produire. C’est le début d’une belle histoire et je suis content de lancer ça avec un pote avec qui je m’entend bien et qui a travaillé avec moi depuis deux ans sur le blog lachasubledebasket.

Cela a-t-il demandé un gros investissement ?
L’investissement n’est pas trop important comme nous avons fait le choix de partir sur des pré-ventes. Il nous faut atteindre un minimum de commandes de 100. Notre volonté est de ne pas surstocker. Cela fait un an que je suis à 100 % dans ce projet avec l’objectif de me laisser six mois pour voir si je peux en vivre. Dans le mois qui vient, nous allons déjà nous rendre compte de l’intérêt des gens. Esthétiquement, ils valident. Ils adhèrent à la démarche. Cela reste un investissement plaisir. Nous sommes à peine plus chers que la marque NBA. Notre travail va être d’expliquer, d’être ultra-transparents sur nos marges.

Plus d’informations sur www.zerobasketball.fr