Menaces autorisées

0
707

L’actualité de la semaine dernière s’est enflammée au sujet de l’envoi par le rectorat de Versailles, de lettres menaçantes adressées à des parents en détresse, s’étant permis (quel toupet !) d’alerter la hiérarchie de l’Éducation nationale sur des situations pour le moins anormales dont ils étaient témoins ou victimes. Réponse ?
Un recadrage non sans véhémence, invitant les plaignants à « adopter désormais une attitude constructive et respectueuse envers les membres de la communauté éducative », tout en rappelant les sanctions juridiques en cas de dénonciations calomnieuses !
Même son de cloche pour un autre parent dont l’enfant aurait été victime d’attouchements de la part d’un membre de l’équipe éducative. Réponse ?
« Dans l’intérêt de votre enfant et par souci d’exemplarité à son égard, je vous enjoins d’adopter désormais une attitude constructive et respectueuse envers les autres membres de la communauté éducative et plus largement tout personnel de l’Éducation nationale qui œuvrent à la prise en charge de votre fille et agissent au mieux à son égard ».
Comment ne pas être révolté, sinon bien plus encore ?
Après la révélation publique de ces inqualifiables correspondances, le ministre Gabriel Attal a décidé d’un déplacement au rectorat de Versailles ce lundi, et d’y diligenter un audit. Or, le premier état des lieux laisse songeur… Au cours de l’année scolaire 2022-2023, sur 120 « courriers de réprobation » envoyés, 55 “semblent poser question” !
Soit un taux de défaillance ou de malhonnêteté intellectuelle administrative de près de 50%… Et cela n’est que la partie immergée de l’iceberg.
Car nous l’observons de plus en plus, surtout nous, journalistes, qui parfois osons poser des questions trop dérangeantes, qu’il s’agisse de santé, d’emploi, de sécurité… Le plus souvent nous ne recevons aucune réponse des institutions étatiques.
Et si par malheur nous relançons (crime d’insistance ?), alors, nous aussi, pouvons subir ces tentatives d’intimidation (qui ne fonctionnent pas me concernant mais au contraire, me motivent davantage à aller jusqu’au bout de ma quête de vérité), dont usent et abusent bon nombre de technocrates se croyant abrités par l’intouchable état dans l’état, que leur organisme représente…
C’est oublier un peu vite, qu’il n’y a que les montagnes qui ne se rencontrent pas !
De quoi ne plus s’étonner des accès de violences, des débordements et des tragiques faits divers de plus en plus fréquents, qui émaillent quotidiennement nos journaux télévisés…