Déconvenue

0
48
Gérard Bouvier.

J’apprends que l’État français est frappé d’une amende de 20 millions d’euros pour n’avoir pas respecté ses promesses de rendre notre air plus respirable. Ça n’est que justice. Chacun doit respecter les lois qu’il s’impose à lui-même et que les contrevenants soient durement frappés au porte-monnaie me convient parfaitement. Oui ! L’État doit payer cette amende. Quoi qu’il en coûte.

Ainsi justice était rendue et le premier moment d’euphorie passé, j’ai cherché sur Facebook qui allait en faire les frais. Qui allait payer cette amende honorable. Ce fut le début du désenchantement.

Il y a bien Jean-Luc Létat de Macon, Nicolas Létat en Gironde et Claire Létat d’Orléans, un ancienne -nous apprend son profil- du Collège Montesquieu et du Lycée Péguy. Aussitôt, je les récompensais d’un pouce bleu levé et j’en faisais « mes amis ». Vous auriez fait de même. Mais à y réfléchir plus avant est-il bien raisonnable de faire payer aux électeurs les défaillances des gouvernants qu’ils se sont eux-mêmes choisis ?

C’est là que j’ai compris que -pas du tout ! – en fait : l’État, c’est vous, l’État, c’est moi. Chaque amende que paye l’État, si méritée soit-elle, c’est moi qui la paye puisque l’argent de l’État c’est le mien. Et aussi le vôtre…

La double peine ! Non seulement nous respirons plein pot l’air pollué que l’État n’a pas su assainir malgré ses promesses mais aussi nous payons de nos pleins impôts l’amende que le Conseil d’État inflige à l’État son cousin par alliance.

Cette découverte est déroutante. Inutile de vous dire que vos encouragements sont bienvenus à l’adresse du journal.