Comme un lundi : sur orbite

0
520

L’être humain est vraiment mal foutu, y’a un truc qui ne tourne pas rond, m’a dit ma voisine l’autre jour en regardant son portable.

Elle a raison, parler à quelqu’un en regardant un téléphone, sans doute plus important que la personne que l’on a en face de soi, c’est déjà étrange. On ne s’en rend plus compte, mais on fait tous ça ! On est vraiment montés bizarrement.

Un autre exemple, je ne sais pas vous, mais moi, lorsque je suis sur l’autoroute, que je roule sans penser à rien, que j’écoute ma playlist tranquilou bilou, il suffit que je voie, sur un panneau situé au-dessus de la voie de circulation, « Pas de téléphone en conduisant » pour que je pense à mon téléphone et qu’apparaisse le besoin irrépressible de regarder mes mails. Alors, dans la seconde qui suit, je prends mon portable, je regarde mes messages, je fais un tour sur les réseaux et mes applis préférées tout en conduisant, ce qui est interdit et extrêmement dangereux. J’ai vu des images d’accidents terribles à cause des téléphones au volant, mais les cancérologues sont très souvent fumeurs, curieux non ?

Tu es un rebelle, m’a dit ma voisine en se marrant. Elle regardait toujours son téléphone et ses petits doigts s’agitaient dans tous les sens. Du coup, j’ai pris le mien, au lieu d’une cigarette c’est déjà ça, et on est resté là sans s’adresser la parole, debout devant notre immeuble. Après 10 minutes, elle m’a dit Ah salut, tu vas bien ? Et elle est partie. Cela n’existe pas un panneau où il serait écrit « Pas de téléphone en vivant », ça serait bien, mais comme pour l’autoroute et les images sur les paquets de clopes, ça ne ferait qu’augmenter la douleur, tellement on est chelous.

C’est l’histoire du genre humain, on vit maintenant avec un membre supérieur supplémentaire, notre portable, mais nous
sommes devenus son satellite.