Auxonne : les vœux optimistes de Jacques-François Coiquil

Faisant de l'attractivité de la ville, le principal leitmotiv de son action, le maire d'Auxonne a profité de sa cérémonie de vœux, organisée vendredi dernier à la salle l'Empire, pour tirer le bilan du deuxième tiers de son mandat, et annoncer la feuille de route de la municipalité, quant à l'année à venir. Morceaux choisis.

0
252
L’attractivité reste l'objectif principal de l'équipe municipale.

Devant une assistance fournie à la salle l’Empire, le maire d’Auxonne débutait :
« L’année dernière, à la même période nous étions dans notre première cérémonie de vœux de l’équipe municipale après pandémie, confinement et mesures sanitaires. Nous présentions alors un plan de sobriété énergétique, l’année 2023, une année pour se recentrer sur nos missions. L’explosion des prix a eu un impact sur nos choix budgétaires, cependant sous réserve de son bouclage et de son approbation en mars prochain, le budget 2023 a été maitrisé, bien que nous soyons tombés sur quelques pépins, et sans avoir recours au levier de l’impôt. Les efforts notamment au niveau des dépenses d’énergie ont été remarquables » soulignait-il.

Sans expérience mais avec une farouche volonté de changement

Avant d’enchaîner non sans un certain sens de l’humilité :
« Nous sommes arrivés pour la majorité d’entre nous sans aucune expérience de gestion d’une municipalité, cependant avec une farouche volonté de vouloir apporter à notre ville des changements auxquels nous croyons. Comme tout jeunes élus, nous avons débuté notre expérience avec fougue et impatience de vouloir les réaliser.
Notre inexpérience nous a permis d’avancer sans crainte car on ne peut avoir peur de ce que l’on ne connait pas. Avancer sans crainte ne signifie pas cependant sans doute. Car le doute de nos actions est toujours présent. Sans lui nous ne nous remettrions pas en question, sans lui nous serions dans une idéologie sans concertation, sans lui nous serions dans l’erreur absolue de croire que seules nos idées sont bonnes ».
Quelques sourires (de compassion ?) se dessinaient alors sur de nombreux visages de l’auditoire.

L’attractivité, objectif numéro 1

Puis d’embrayer dans le vif du sujet : 
« Je vous le rappelle ce soir, comme je le fais régulièrement, notre projet municipal est et reste le même. Il tient en un mot : l’attractivité ! Aussi, il est de notre devoir de poursuivre ce chemin que nous avons tracé pour son développement, qu’il soit économique, touristique et démographique »
Étaient ainsi passés en revue, le maintien des services publics. Auxonne est devenue la 26e commune de Côte-d’Or proposant un espace France services. Le site sera installé au sein de l’Espace Numérique, actuellement situé au 2, rue de la Paix. A terme, il rejoindra les locaux de la future médiathèque, dans la Grande Rue.
Tout comme l’offre de soins de proximité. L’Agence Régionale de Santé a annoncé que le secteur d’Auxonne et Pontailler venait d’être classé en « zone d’intervention prioritaire ». Cela permet à un professionnel qui s’installe de percevoir une prime à l’installation de 50 000 € versée sur deux ans, sous réserve de s’engager sur une période de cinq ans.
Et bien sûr, la fameuse Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat et de renouvellement Urbain « que nous complèterons par une Opération de Rénovation Urbaine » précisait l’élu. L’objectif étant d’accompagner les propriétaires (actuels ou futurs) dans la rénovation de leur logement, de lutter contre le mal logement et de proposer, à moyen terme, une offre de logements de qualité et diversifiée, « pour que chacun puisse avoir accès à un logement digne au sein de notre commune ».

Un manque d’hébergements touristiques

Le maire reconnaissait toutefois le manque de de lits à offrir aux touristes pour qu’ils puissent rester plusieurs jours. Mais se montrait là encore volontaire à faire évoluer cet état de fait :
« Ce sera notre cheval de bataille afin de montrer et prouver à de possibles investisseurs que la destination Auxonne est idéale pour visiter notre région. De part son cadre de vie, sa situation géographique et les accès facilités tant par le rail que par la route mais aussi par la Saône et à vélo. Cela prendra du temps, mais il est de notre devoir de travailler en ce sens dès à présent. Pour que ce projet soit une réussite, nous nous devons de communiquer largement sur notre ville. Les médias aujourd’hui s’intéressent à Auxonne. Médias départementaux, régionaux mais aussi au niveau national… C’est une belle avancée qu’il nous faudra poursuivre ».

 

Au fil des sujets…



Étaient enfin évoqués la politique culturelle, la dynamique des commerçants du centre-ville, la réforme du stationnement, les installations de commerces « qui peuvent faire polémique », la jeunesse (avec le plan pluriannuel d’investissement), et évidemment le tissu associatif, notamment les bénévoles du Téléthon dont Auxonne était ville ambassadrice cette année
avec un record de 6 300 euros récoltés. Soit presque 1 000 euros de plus que l’année dernière, qui avait déjà battu les records des années précédentes !
Jacques-François Coiquil concluait :
« Je sais pouvoir compter sur l’ensemble de l’équipe municipale pour dépasser des clivages qui n’ont pas lieu d’être dans l’intérêt collectif, pour agir et rendre meilleur leur « jardin », de faire progresser leur terre, (nous avons déjà récolté de nombreux et beaux fruits) d’y travailler pour le progrès ».
Reprenant à point nommé, en guise de ponctuation finale, la citation de Candide à Pangloss à la fin du célèbre conte philosophique Candide ou l’Optimiste :
« Il faut (maintenant) cultiver notre jardin « .

 

Jacques-François Coiquil.