Les conscrits septuagénaires toujours en forme

0
100

A l’initiative du toujours dynamique Robert Jouvenot accompagné cette année de Daniel Gondeaux et Claude Moyne, le traditionnel banquet des classes 65, 66 et 67 rassemblait samedi dernier ses conscrits et conscrites, leurs conjointes et conjoints, à la Finette à Arbois. Nombre d’entre eux ne s’étaient pas revus depuis de longues années. Une belle occasion pour ses joyeux drilles de se remémorer le bon vieux temps, les premières amours, les bonnes bringues… autour d’un repas typiquement franc-comtois avec son emblématique plat au Vin Jaune et morilles. Une belle occasion également de retisser des liens, de programmer des rencontres, des vacances. Discussions, anecdotes et souvenirs d’enfance allaient bon train et rendez-vous est pris déjà pour les prochaines retrouvailles, en 2023 peut-être.
Covid, pénurie de carburants et problèmes de mobilité ont empêché une cinquantaine de conscrits de participer à ces retrouvailles. Une niçoise et des parisiens ont cependant fait le déplacement, c’est dire que des retrouvailles sont un moment fort dans une vie.

Un peu d’histoire

« Conscrits des classes 65 … », une expression rarement utilisée aujourd’hui. Elle trouve son origine dans la conscription, plus communément appelée Service Militaire. Avant chaque départ au service militaire, les jeunes hommes nés la même année organisaient la fête des conscrits. Cette fête, à l’origine réservée aux hommes, marquait en quelque sorte leur entrée dans le monde des adultes. Le service militaire obligatoire a été supprimé en 2001 mais dans certaines régions la fête des conscrits perdure…