Une vitrine sur 200 ans d’histoire

Depuis le 22 octobre, et jusqu'au 13 mars, l'exposition 200 ans d'histoire, 1821-2021, est l'occasion historique de se (re)plonger dans le passé du musée des Beaux-Arts et d'archéologie de Dole. Notre rédaction s'est glissée parmi les visiteurs. Bilan de notre visite.

0
389
Au premier étage, les œuvres sont organisées de manière chronologique en fonction de leur date d’entrée dans les collections.

Il y a plusieurs semaines, nous avons poussé les portes du musée des Beaux-Arts et d’archéologie de Dole. Après avoir présenté notre pass sanitaire à l’accueil, une employée nous a gentiment expliqué le sens de la visite pour cette exposition, se déroulant sur trois étages. Le tout, sans dépenser le moindre centime puisque la visite du musée est entièrement gratuite.
Au rez-de-chaussée commence cette exposition, et avec elle, l’histoire du musée de Dole. Les panneaux explicatifs, très pédagogiques, permettent à chacun d’avancer étape par étape.
Après avoir parcouru l’espace dédié aux fondateurs du musée et à ceux qui l’ont fait évoluer depuis 1821, vous arriverez dans un espace consacré aux différents lieux qui ont abrité le musée avant d’être installé dans le pavillon des officiers en 1980 (là où il se trouve maintenant). Après avoir découvert le rez-de-chaussée et les œuvres proposées, vous pourrez accéder au 1er étage, réaménagé aussi pour l’occasion.

 

Depuis le 22 octobre, et jusqu’au 13 mars, l’exposition 200 ans d’histoire, 1821-2021, est l’occasion historique de se (re)plonger dans le passé du musée des Beaux-Arts et d’archéologie de Dole.

Un nouveau regard sur les collections

Même pour les personnes connaissant bien le musée, la visite de cette exposition vaut le détour. Au premier étage, les œuvres sont organisées de manière chronologique en fonction de leur date d’entrée dans les collections. Cette organisation permet d’appréhender concrètement la constitution des collections du musée, tout en offrant un nouveau regard sur des œuvres quelquefois bien connues. De nombreuses explications, notamment sur les différents inventaires réalisés au cours du temps, sont aussi proposées, ce qui permet de saisir les moyens utilisés pour la création d’une telle exposition. Il est également expliqué les différentes façons qui permettent de constituer et d’enrichir les collections d’un musée (dons, achats…).
Au cours de votre visite du premier étage, vous découvrirez des témoignages du passé sous des formes diverses et variées, bien qu’il y ait beaucoup d’œuvres picturales. Il sera ainsi possible de voir deux bas-reliefs en ivoire du XIe siècle, une chaise en bois du XVIe siècle ou encore, par exemple, des œuvres d’art contemporain.

 

Au cours de votre visite du premier étage, vous découvrirez des témoignages du passé sous des formes diverses et variées, bien qu’il y ait beaucoup d’œuvres picturales.

De nombreuses œuvres d’art contemporain

Pour l’art contemporain, dont les premières acquisitions pour le musée datent de 1983, beaucoup d’œuvres sont exposées au troisième étage. Alors que le premier étage est consacré aux acquisitions de la création de l’institution à 1989, le troisième étage abrite des œuvres entrées dans les collections à partir des années 1990.

Petite remarque toutefois : cette organisation engendre naturellement des mélanges de styles, d’époques et de contexte. Bien qu’enrichissante, cette diversité cohérente pour cette exposition peut aussi être déroutante. La compréhension d’œuvres peut s’en trouver impactée, notamment lorsqu’un tableau d’Auguste Pointelin (1839-1933) du début du XXe siècle, puisque acquis en 2003, se trouve dans une salle abritant uniquement des œuvres d’art contemporain, et plus précisément, entre Les Crocodiles (1965) de Gilles Aillaud (1928-2005) et une lithographie (1969) de Peter Stämpfli (1937-). Pour autant, cette présence permet également de montrer que le musée continue d’enrichir ses collections non pas seulement avec des œuvres d’art contemporain. Il s’agit bien là d’une exposition sur l’histoire du musée et de ses collections.

 

Une exposition qui assure « une bonne reprise », d’après l’une des employées du musée.

 

►L’exposition 200 ans d’histoire, 1821-2021, sera visible jusqu’au 13 mars 2022 au musée des Beaux-Arts et d’archéologie de Dole (85, rue des Arènes). Entrée gratuite. Ouvert du mardi au dimanche 10h-12h/14h-18h, sauf le dimanche matin. Fermé le lundi. Ouvert deux jeudis par mois jusqu’à 20h. Contact : 03.84.79.25.85.