Une délégation s’invite au Conseil de l’ordre départemental des médecins du Jura

0
855
La délégation s’est rendue au Conseil de l'ordre départemental des médecins du Jura, jeudi dernier.

Jeudi 19 octobre, une délégation jurassienne s’est rendue au Conseil de l’ordre départemental des médecins du Jura pour remettre un dossier intitulé :  » Autorisation de mise sur le marché des vaccins anti-covid : arguments préliminaires pour une révision ».
Ce dossier de pas moins de 116 pages rédigé par le collectif Les Enfants d’Hippocrate, est un véritable argumentaire scientifique sur l’injection dite « anti-Covid » et ses répercussions sur la santé des personnes qui lui ont fait confiance. Il a été remis contre signature, où adressé en LRAR à chaque conseil de l’ordre des médecins départemental de France. Le document est accompagné d’un courrier signé par Vincent Pavan (Réinfo Liberté).
Les collectifs jurassiens, ainsi que le courrier le précise, demandent « la mise en place, en partenariat avec l’Ordre des médecins dès que possible, d’une commission de réflexion pluridisciplinaire, plurielle et contradictoire sur les questions relatives à la qualité, la sécurité, et l’efficacité des vaccins anti-Covid, dans le cadre de la démocratie sanitaire ».

5 collectifs et 3 médecins


« Cette délégation que nous avons souhaitée volontairement restreinte était constituée du Syndicat Liberté Santé avec la présence de sa secrétaire générale et de 5 collectifs jurassiens dont AGIR 39 (de Lons le Saunier, qui a publié le livre « les Oubliés » et organisé une dizaine de soirées autour de ce livre), Anti pass Dole (4930 signatures récoltés sur la voie publique : abrogation de la loi du 5 août, réhabilitation des soignants, arrêt immédiat des campagnes de vaccination),  Citoyens Anti pass Saint-Claude. (présents au centre-ville de Saint Claude tous les samedis avec panneaux et pancartes), Droits des enfants 39 (qui a adressé une sommation interpellative au recteur de Bourgogne Franche Comté, mobilisé avec Parents En Colère PEC), ainsi que Les Collectifs 39 (qui a remplacé Réinfocovid 39).
Dans cette délégation, on notait aussi et surtout la présence de 3 médecins.

Une date symbolique

La date du jeudi 19 octobre n’est pas anodine, elle s’inscrit en soutien aux docteurs Louis Fouché et Amine Umlil qui étaient convoqués ce même jour devant leur conseil de l’ordre respectif à Marseille et à Paris. Ce dernier, docteur en pharmacie et ancien responsable du service de pharmacovigilance de l’hôpital de Cholet avait été révoqué, de façon non définitive, en février dernier, pour avoir alerté sur les dangers de la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement et sur les risques que présentent les « vaccins » anti-Covid.
Ainsi, le pharmacien hospitalier, présenté jeudi 19 octobre devant son ordre dans le cadre d’une procédure disciplinaire, a pu revenir sur les problèmes constitutionnels pour lesquels il a introduit une question prioritaire de constitutionnalité (QPC).
Bon nombres d’individus restant encore aujourd’hui, victimes de considérables préjudices physiques et psychiques liés aux différentes restrictions imposées en 2020 et 2021, l’affaire reste à suivre…