Ski alpin : un retour attendu

Après un an d'abstinence forcée, les skieurs ont de nouveau dévalé les pistes des Rousses durant les vacances. Avec toutefois une certaine mesure.

0
130

100 % d’occupation la semaine de Nouvel an, et environ 70% pour la semaine de Noël : selon Claire Devillers, chargée de communication à la Sogestar (société de gestion de la station des Rousses), l’appétence des touristes pour les montagnes du Jura a mis du baume au coeur après l’annus horribilis 2021.
« Parfois la centrale de réservation ne recense que 40 ou 50% pour la semaine de Noël » précise t-elle, avec 70% la station aux quatre villages s’en sort donc plutôt bien. Sur les pistes de la Dôle toutefois, on pouvait visuellement constater peu de skieurs présents la première semaine (hormis les week-end). Et pas ou peu de file d’attente au pied des remontées malgré des conditions exceptionnelles (soleil et or blanc au zénith). Un peu paradoxal : les skieurs alpins auraient-ils pris de nouvelles habitudes, ou pratiquent-ils d’autres activités (ski de randonnée, raquette, etc) ? « Nous avions un peu peur de cela » confie Claire Devillers, mais il y a parfois eu aussi une heure de queue pour prendre ses forfaits aux Jouvencelles…

Une inauguration attendue

L’occasion de rappeler qu’il ne faut pas hésiter à effectuer 5 minutes de voiture de plus pour se garer à la Dôle Dappes, puisqu’un tout nouveau télésiège 4 places relie aisément les deux domaines depuis cette année. Avec le nouveau télésiège débrayable 6 places des Jouvenceaux, près de 11 millions € ont été investis pour que Jura sur Léman renforce ses lettres de noblesse. Le nouveau domaine franco-suisse sera d’ailleurs inauguré le samedi 29 janvier, avec à la clé : remises sur les forfaits, petits cadeaux et déambulations musicales au pied ou au sommet de certaines pistes. Pour les vacances de février, les réservations s’annoncent plutôt bien, en particulier pour les deux premières semaines (plus de 90% de remplissage au niveau de la centrale de réservation).
De quoi espérer enfin un retour vers la normale…
Si toutefois l’aspect sanitaire ne vient pas jouer, une fois de plus, les trouble-fêtes.