Seniors : l’APA bienvenue, mais…

Selon l'Insee qui vient de publier une étude, l'Aide Personnalisée à l'Autonomie (APA) échoit à 38.000 bénéficiaires en Bourgogne Franche-Comté, pour un montant moyen de 380 € par mois.

0
924

En Bourgogne-Franche-Comté, 38 600 personnes âgées de 60 ans ou plus perçoivent l’APA, selon la dernière étude de l’INSEE. Cette aide participe à financer des services (portage de repas, auxiliaire de vie, etc.), des aides techniques (fauteuil, canne, lit médicalisé, etc.), des adaptations du logement, etc mais en pratique 90% du coût du maintien à domicile est englouti par des aides humaines.

Le nombre de bénéficiaires croît logiquement, puisque le nombre de personnes âgées de 60 ans ou plus a augmenté de 160 600 en 12 ans (soit +24 %) pour notre région.

Le coût du maintien à domicile  est évalué, en moyenne, à 480 euros par mois (fin 2017, dernières statistiques étudiées par l’INSEE). Il varie en fonction du niveau de la perte d’autonomie des personnes, de 330 euros en moyenne pour les personnes faiblement dépendantes (Gir 4) à 1 100 euros pour celles les plus affectées (Gir 1).

Autant de dépenses que les intéressés auraient bien du mal à assumer seuls…

C’est pourquoi (sur la base de ce coût et des ressources des personnes), les conseils départementaux proposent un financement aux personnes âgées. En Bourgogne-Franche-Comté, ils attribuent en moyenne 380 euros d’APA par mois et par personne (chiffres établis fin 2017), finançant ainsi 80 % des 480 € de dépenses moyennes pour le maintien à domicile. Les 100 euros restants en moyenne sont à la charge du bénéficiaire chaque mois. Cependant, ce montant donne droit à un crédit d’impôt de 50 %, et pour les personnes non imposables, le montant de leur crédit d’impôt leur est remboursé, ce qui au final se réduit à un reste à charge de 50 € par mois en moyenne.

Alors que le « papy boom » s’accélère, l’APA représente donc un filet de sécurité pour atténuer la perte d’autonomie, mais elle ne bénéficie qu’à une minorité de seniors (lire encadrés).

La rédaction

Une aide à la marge

L’APA étant conditionnée par la perte d’autonomie, pas étonnant que près de 85 % des personnes qui en bénéficient aient au moins 75 ans. Même si l’APA représente une dépense substantielle pour les Conseils départementaux, au total, seulement 4,6 % des personnes de plus de 60 ans (population globale) bénéficient de cette aide dans notre région.

Le domicile par défaut

Au-delà de l’attachement des seniors à leur autonomie et à leur toit, le maintien à domicile s’impose aussi pour des raisons budgétaires.

Selon l’INSEE, en 2019, le prix médian pour une chambre individuelle en Ehpad est de 2 000 euros en France. En Bourgogne-Franche-Comté, il varie de 1 600 euros en Haute-Saône à 2 200 dans le Territoire de Belfort.Vu le niveau des retraites, les comptes sont vite fait…

Les alternatives au domicile

Le béguinage (ou habitat regroupé), le plus souvent géré par des structures associatives, conjugue la possibilité de continuer à mener une vie individuelle en bénéficiant des avantages d’une vie commune, partagée avec 10 à 15 autres seniors.

D’autres solutions peuvent exister selon les départements : les résidences seniors (privées), les foyers logements, l’accueil de jour (dans des Ehpad ou structures autonomes), etc.