Saint-Claude. Une semaine à haute intensité sur le plan politique local

VOTE DES BUDGETS : Un conseil communautaire suivi d’un conseil municipal explosifs

0
312
La vie poiltique san claudienne toujours très agitée.

Si le conseil communautaire de Haut Jura Saint-Claude s’est réuni mercredi 10 avril, pour voter le budget 2024, ce ne fut pas dans une sérénité à toutes épreuves. Certes le financement de la piscine du Martinet s’est invité largement au débat, remettant ainsi une pièce dans la guéguerre Heurtier/Millet. Et ce dernier menaçant de ne pas voter le budget. Finalement après bien des palabres et une ambiance que certains ont pu qualifier de « particulièrement explosive », le budget communautaire a été adopté, malgré neuf abstentions, toutes marquées du sceau des délégués issus de Saint-Claude, alors que « l’emblématique projet piscine, dixit Mme. Heurtier, va profiter à la ville de Saint-Claude plus qu’à toute autre… ».

Bis repetita au conseil municipal…

Plus ça va, moins ça va… Si certes le budget 2024 de la Ville de Saint-Claude a été adopté jeudi 11 avril, malgré huit oppositions et une abstention, après une très longue séance du conseil municipal, ce n’est pas non plus dans une atmosphère d’euphorie, et  loin de là… Après avoir eu le reproche d’avoir déjà sacrifié depuis longtemps la saison culturelle au chapitre des dépenses, ce fut le tour de rogner de manière jugée significative les subventions attribuées aux associations (- 10 %). Celles-ci perdent en dotation globale presque 50 000 €  (49 000 €  exactement), en passant de 319 000 € en 2023 à 270 000 € cette année. Cela a pu faire dire à certains, que « la purge continue ».

On aura pu aussi constater quelques passes d’arme à fleuret plus ou moins mouchetés, entre le maire Jean-Louis Millet , et un conseiller issu de sa majorité, Frédéric Herzog et quelque peu dissident et parfois plus virulent que l’opposition elle-même, notamment sur le fait de ne plus inscrire cette année en dépenses le transfert des archives, et de repousser cette promesse à plus tard, en affectant l’argent ainsi économisé à d’autres dépenses du budget plus nécessaires, « puisque l’on recherche de l’argent… ». La sérénité n’était pas à l’ordre du jour cette semaine dans la cité de la pipe et du diamant ! A suivre…