Rubrique. Comme un lundi : Construction

0
348
Comme un lundi : Les lumières 2024

Ma voisine a la tête sous l’eau en ce moment, et ce n’est pas la Journée mondiale de l’eau du 22 mars qui a changé quelque chose, surtout que ce jour-là elle n’avait pas l’air d’avoir bu que du transparent justement.

Elle avait un petit coup dans la canette. Lorsque je l’ai croisé dans l’entrée de l’immeuble avec ses packs de flotte dans les bras, elle m’a dit qu’elle avait trop picolé ces derniers temps et qu’elle se mettait à l’eau claire jusqu’à nouvel ordre.

J’ai voulu l’aider (pas à arrêter de boire, mais à porter) moi l’homme déconstruit mais qui n’a pas oublié les bonnes manières (bon, pour l’homme déconstruit, ce n’est pas certain d’après les femmes qui m’entourent, mais pour la galanterie, je n’ai pas mon pareil).

Bref, j’ai proposé mon aide à ma voisine avant qu’un volcan ne s’éteigne, mais elle a refusé, elle râlait, elle disait qu’elle en avait ras-le-bol de bidule et de machin, qu’elle avait envie d’être en vacances, qu’à force de lire ses aventures dans Hebdo39 toutes les semaines, qu’elle se sentait observé, et obligé de regarder ce qui se passe dans le monde pour savoir si je ne racontais pas des conneries, et vous savez quoi ?

Non seulement elle a refusé mon aide, mais en plus elle m’a claqué la porte au nez en me disant : la prochaine fois dans ton journal, tu écriras que ta voisine est une femme indépendante qui n’a pas besoin d’un voisin pour porter du lourd.

Je suis rentré chez moi, et j’ai regardé la date de la journée mondiale de l’alcool. Mais, s’il existe bien, une journée mondiale de l’eau et de la bière, il n’y a pas l’identique pour les spiritueux.

Je ne sais pas si c’est dommage, mais je crois que je vais inventer la Journée mondiale de ma voisine. Lorsqu’elle lira cette chronique, je crois qu’elle aura envie de m’offrir un verre !

par Eric Genetet