Musée des Maisons Comtoises, un parc qui ne manque pas d’airs

Pour comprendre le présent et inventer le futur, encore faut-il questionner l’Histoire. C’est l’objectif du Musée-Parc des Maisons Comtoises de Nancray, à 15 minutes de Besançon au cœur de la campagne comtoise. Il a rouvert ses portes le 1er avril 2023 pour une longue saison de nouveautés.

0
826
(Crédit photo : Ben Becker)

Après deux années de crise Covid, le Parc de Nancray avait retrouvé en 2022 ses 40 000 visiteurs. En 39 ans, ce sont 35 bâtiments comtois authentiques du XVIIe au XIXe siècle qu’accueillent les 15 hectares de campagne bisontine. Chaque bâtiment (fermes, fours à pain, fruitière à Comté, greniers à grains, maison forestière, chapelle…) a été démonté de son lieu d’origine, transporté et remonté au sein du Musée-Parc. En quelques heures de visite, on sillonne les villages du Haut-Doubs, ceux du Haut-Jura, les fermes du Sundgau ou des Vosges Saônoises, la Bresse Jurassienne, les plateaux du Doubs ou encore les vallées du Doubs et de l’Ognon.

L’écologie est née à la campagne

Le Musée-Parc de Nancray explique comment les bâtisseurs de ces fermes épousaient les caractéristiques du territoire au sein duquel elles s’implantent : climat, relief, culture ou encore matériaux disponibles sur place. A Nancray, on découvre que les « circuits courts » et le slogan « de la ferme à l’assiette » ne sont pas des arguments marketing mais la réalité du « bien vivre ensemble ».

Deux projets d’implantation voient le jour en 2023

De la faux à la moissonneuse

Un hangar agricole construit dans le Haut-Doubs dans les années 1960 est en cours de restauration et d’implantation au musée des Maisons comtoises. Il illustre en particulier le savoir-faire de Walterfaugle, une entreprise de métallerie industrielle de Haute-Saône. Au sortir de la seconde guerre mondiale, la mécanisation de l’agriculture nécessitait des hangars imposants pour entreposer tracteurs, herses et moissonneuses-batteuses. Ce bâtiment va permettre au musée de présenter de nombreux engins, tracteurs, outils et matériels agricoles dans un espace d’exposition dédié. Il sera ouvert au public au cours de l’été.

Un second abri pour les animaux du musée

Après un premier abri pour chèvres réalisé en juin 2022, les élèves de BTS du Lycée du bois de Mouchard, en collaboration avec ceux du lycée Pierre-Adrien Pâris de Besançon, réalisent une « loge », un abri destiné au cheval comtois du Musée. La conception et la fabrication des abris pour animaux s’est faite en partenariat avec le Conseil Régional de l’Ordre des Architectes, l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon et le lycée du bois de Mouchard. Le montage de la charpente sera réalisé sur le site la semaine du 24 avril.

Les expositions s’invitent à table en 2023

Julien Rignault a intégré depuis quelques mois l’équipe du musée pour donner une nouvelle impulsion à la programmation des animations et expositions (il était chargé de production des expositions au Frac de Besançon jusqu’en novembre 2022).

A table ! Que met-on dans nos assiettes ?

L’exposition avait connu un grand succès en 2022. Du 1er avril au 5 novembre, le programme 2023 invite à se pencher sur le contenu de nos assiettes et sur la question du « bien manger ». Plat en sauce ou cuisson vapeur ? Salé ou sucré (avec modération) ? Banquet entre amis ou en famille ? Un moment pour savoir faire les bons choix et se souhaiter « bon appétit ».

A la fortune du pot

Du 23 juin au 17 septembre, 5 céramistes contemporains vous invitent à leur table. Les arts de la table mettent en valeur les aliments et contribuent à améliorer la digestion. L’exposition présente de nombreuses œuvres de céramique contemporaine, en miroir avec l’exposition « A table, que met-on dans nos assiettes ».

Il était une faim

Du 1er avril au 5 novembre, comme un prolongement en plein air, les photographies de Jessica Jeanparis portent un regard artistique sur l’alimentation du XXe siècle.

A la découverte des milieux naturels de Grand Besançon

En partenariat avec le Conservatoire Botanique National de Franche-Comté, le Musée-Parc offre à partir du 22 avril un parcours à la découverte des plantes et merveilles naturelles du Grand Besançon.

Un événement artistique de grande ampleur

« Les Glaneuses » de Jean-François Millet (1857) est une peinture célèbre illustrant la proximité du peintre normand avec le courant réaliste. Il fut inspiré par Gustave Courbet. L’artiste plasticienne Léa Dordhain a réinterprété l’œuvre de Millet avec une sculpture en bois de 5 mètres de haut, représentant l’une des glaneuses du tableau. Les deux autres personnages trouveront leur place en 2024 et 2025 au musée des Maisons Comtoises, surplombant tout le parc. L’artiste a voulu rattacher l’histoire de l’art avec sa propre histoire dans ce lieu emblématique de la ruralité. Intitulée « Zita » en référence au prénom de sa grand-mère, l’œuvre de Léa Dordhain est visible toute la saison.

Plusieurs temps forts de la saison 2023

Pendant les vacances de printemps (du 8 au 23 avril), 3 week-ends vont ponctuer ces vacances autour du « savoir-faire » (8-9-10 avril), la « gourmandise » (15 et 16 avril) et la « biodiversité » (22 et 23 avril).

« La Fête des tracteurs » le 1er et le 2 juillet. Une multitude d’engins agricoles anciens seront présentés en partenariat avec l’association « Tracteurs d’Antan ».

Le spectacle équestre « Comtois en folie » s’invite à Nancray les 13, 14 et 15 août, suivi d’une soirée astronomique et Cinécyclo le 16 août.

La saison 2023 se clôturera comme chaque année par les « Vacances ensorcelantes » du 21 octobre au 5 novembre.

De nombreuses autres animations pour petits et grands égrèneront la saison 2023 du Musée-Parc de Nancray. Un parc qui dispose également d’un restaurant accessible sur réservation sans droit d’entrée au musée.

Le Musée-Parc de Nancray est bien plus que le musée des Maisons Comtoises. Il est la mémoire d’une région riche de ses produits et des femmes et hommes qui l’ont façonnée.

Musée ouvert tous les jours du 1er avril au 5 novembre

Informations et programme complet sur www.maisons-comtoises.org