L’invité de la semaine : Timothé Sanvoisin

Rencontre avec un entrepreneur dynamique et innovant, à la tête depuis plus de 10 ans de l’enseigne TMS, bien connue des amateurs de deux roues.

0
675
Timothée Sanvoisin

Timothé Sanvoisin, commençons par le commencement. Depuis quand êtes-vous implanté à Tavaux ?
Le magasin existe depuis janvier 2012. Nous avons d’abord loué un bâtiment à quelques centaines mètres d’ici pendant 3 ans, puis en août 2015 nous nous sommes installés à notre adresse actuelle. Aujourd’hui, nous avons 7 salariés et nous sommes toujours en phase de recrutement.

Actuellement, comment se porte le marché de la moto ?
Il a littéralement bondi après le confinement… pour les marques qui ont pu livrer !
Car bon nombre ont eu du mal à fournir des motos, on a aussi vu pas mal de problèmes d’approvisionnement de micro-composants, de pièces détachées, de pneumatiques, de lubrifiants… De notre côté, nous avons la chance de travailler avec des marques européennes qui ont su faire face, comme par exemple le groupe KTM qui nous laisse augurer de belles perspectives d’avenir. De ce fait, on a pu tirer notre épingle du jeu.
Depuis le début de l’année, on commence à retrouver une situation normale.

On a vu exploser les ventes de vélo à partir de l’été 2020… En a-t-il été de même à cette période pour les motos ?
C’est vrai que le marché du vélo a été très porteur il y a 3 ans. Mais nous étions très en retard sur beaucoup de pays européens.
Nous bénéficions depuis peu de plus de véloroutes et de facilités à la pratique du vélo au quotidien. En fait, on ne fait que rattraper notre retard.
Au niveau de la moto, on voit surtout une montée forte des marques européennes et une baisse des japonaises. Mais les volumes restent stables.

A quoi est-ce lié selon vous ?
Au dynamisme de l’ingénierie européenne qui innove en permanence, plus audacieux sur le design, tandis que les Japonais restent un peu sur leur acquis.
Et surtout, les prix. Ils sont devenus identiques pour une qualité, un assemblage et une finition égale. Ce qui n’était pas le cas, il y a encore quelques années.

En savez-vous plus sur ce fameux contrôle technique qui sera obligatoire en début d’année 2024 pour tous les deux roues ? C’est une nouvelle normale qui ne semble pas faire l’unanimité auprès des motards…
Les contours restent restent encore assez flous, d’après ce que l’on sait, ce sera surtout une vérification des équipements de sécurité (éclairage, freins, etc…).
Même si je reste mesuré sur la loi et ses effets, ce sera probablement une amélioration pour les ventes entre particuliers, et parfois pour les plus jeunes.

Depuis 2018, vous avez également créé un compartiment du magasin dédié à la motoculture…
C’est une activité en progression régulière. Notamment sur les robots de tonte. La partie vélo se porte bien aussi. Surtout l’électrique, avec de nouvelles marques.
On envisage d’ailleurs de s’agrandir prochainement, pour séparer les deux espaces et gagner encore en surface d’exposition.

Vous qui organisez beaucoup d’animations, quels sont vos projets pour les mois à venir ?
Nous préparons déjà nos deux portes ouvertes annuelles qui drainent toujours beaucoup de monde, même par mauvais temps comme les deux dernières années.
D’abord celle de mi-octobre, avec des opérations commerciales de fin de saison, buvette, restauration, concert, rassemblement, animations diverses…
Et bien sûr la plus importante, celle d’avril, avec feu d’artifice, concert tremplin du Rockalissimo, concours de bucheronnages, shows, etc..
Avis aux amateurs !

Contact :
Tim Moto Sport
8 Rue de Bruxelles à Tavaux
Tél : 09 82 58 24 38
Site web : www.timmotosport.com