Les derbys se suivent mais ne se ressemblent pas pour le FC Saint-Claude Rugby

La douche aurait pu être très froide face aux tangos de Chalon

0
40
Encore une belle chambrée à Serger pour ce match contre Chalon.

A l’issue du match le coach san claudien  Daniel Yacob n’a pas mâché ses mots envers ses joueurs en cercle autour de lui pour un débriefing fort en «gueule» au milieu du pré de Serger. Finalement le match nul arraché par les tangos de Chalon venus dans le Jura avec beaucoup d’appréhension, suite au dernier match plein des locaux contre le Grand Dole, un des favoris de la poule, satisfaisait amplement à leur bonheur.
Le vent du boulet est même passé très près de la tête des petits bleus, avec l’échec dans une dernière tentative de pénalité à la 81ème minute de jeu du buteur chalonnais, pour sceller en fait un score nul de 15 à 15. En effet si la première mi-temps plutôt aboutie par les locaux avec deux essais à la clef dans leurs temps forts des deux fidjiens Nawavu et Neiceru, pour une avance insuffisante à la marque de 15 à 6 pour les ciel et blanc, la copie rendue dans la seconde période fut de toute autre facture…

Le rugby se joue aussi dans la tête

N’ayant pas non plus subi la marée promise en première période, les tangos appliqués et besogneux se sont nourris des fautes et des mauvais choix des jurassiens. Et petit à petit leur buteur Bajard plus en réussite que l’habituel canonnier Marini, enquillait 3 pénalités en 15 minutes pour revenir à la parité 15 à 15 à la 65ème minute de jeu. Ces sacrés tangos sont ainsi arrivés à faire déjouer les locaux, dont parfois la tête ne tournait plus bien rond pour certains, en oubliant de mettre les ingrédients nécessaires au combat, ténacité, abnégation, solidarité…
Le dernier quart d’heure fut très électrique avec une petite bagarre en bord de touche, qui eut comme résultat, la sortie sur carton rouge de deux san claudiens et d’un chalonnais.
Ce qui sur la vue de l’échauffourée a paru injuste au public qui l’a bien fait savoir au référé… Mais au coup de sifflet final, la messe était dite pour un match nul, chanceux mais fautif des san claudiens.