La transition du tourisme dans les montagnes du Jura

Pas moins de 120 acteurs du tourisme ont participé jeudi dernier aux deuxièmes Rencontres de la transition du tourisme dans les montagnes du Jura, organisées par la Région Bourgogne-Franche-Comté et le Commissariat à l’aménagement du massif du Jura. Des rencontres riches d'enseignements.

0
118
Petit coup de cœur pour le Crêt Monniot qui vaut vraiment le détour !

Ces deuxièmes rencontres avaient pour thème, « Le tourisme dans les Montagnes du Jura et les ressources naturelles : et si le développement touristique était compatible avec une biodiversité et des milieux en parfait état de conservation ? ».
La journée a permis de mettre en lumière les initiatives déjà engagées par les acteurs du tourisme et de proposer de nouvelles pistes d’actions pour envisager un tourisme responsable et respectueux de la biodiversité sur le massif du Jura.
La Région et le Commissariat à l’aménagement du massif du Jura ont organisé l’événement afin de conserver la dynamique engagée en 2021, lors des États Généraux de la Transition du Tourisme de Montagne (EGTTM), dans le cadre de la Stratégie de l’Union européenne pour la région Alpine (SUERA).
Ainsi, 120 acteurs touristiques du massif du Jura, tels que les Départements, les différentes collectivités, l’Espace nordique jurassien, la Grande traversée du Jura, le Comité régional du tourisme, les Parcs naturels régionaux du Haut-Jura et du Doubs Horloger, les stations du massif et plusieurs professionnels y ont participé.
Avec pour objectif de fédérer, inspirer et partager sur la nécessité d’un changement de l’écosystème montagne, de favoriser les conditions de mise en œuvre de la transition du tourisme et de donner envie d’agir ensemble pour une montagne vivante et habitée.

 

« Nous ne pouvons plus envisager le développement touristique sans tenir compte des enjeux du changement climatique… »

Pour Hélène de Kergariou, Commissaire à l’aménagement du massif du Jura : « Le rôle des institutions est d’accompagner les acteurs dans leurs démarches et leurs actions concrètes sur le territoire du massif. Le Plan avenir montagne mis en place par l’État y contribue. Ces rencontres annuelles représentent par ailleurs un moment incontournable d’échange entre les professionnels de la montagne et les structures institutionnelles dans leur diversité. Elles permettent de continuer à prendre en compte leurs besoins,auxquels nous devons nous adapter au gré de l’évolution du contexte ».
Pour Patrick Ayache, Vice-président de la Région Bourgogne-Franche-Comté en charge du tourisme et de l’attractivité : «Ces rencontres s’inscrivent dans le cadre de l’élaboration du futur schéma régional de développement du tourisme pour la période 2023 –2028. Le fil rouge sera celui du tourisme responsable, car nous ne pouvons plus envisager le développement touristique sans tenir compte des enjeux du changement climatique. Je suis persuadé que les acteurs du tourisme disposent eux-mêmes de nombreuses propositions qui permettront d’alimenter ce schéma. Peut-être faut-il par exemple envisager une charte du tourisme de montagne qui serait déclinée dans chaque projet ».

A l’occasion de plusieurs ateliers, les acteurs touristiques ont imaginé des actions concrètes à mener à plus ou moins long terme.

S’inspirer des diversités du vivant

La journée a notamment été marquée par une conférence de Tarik Chekchak, directeur du pôle biomimétisme de l’Institut des futurs souhaitables, venu montrer comment l’humanité s’est inspirée des diversités du vivant pour résoudre des problématiques auxquelles elle est confrontée. Conférence permettant d’imaginer des innovations issues des espèces naturelles et compatibles avec leur préservation.
Dans un deuxième temps, plusieurs initiatives menées à l’échelle du Jura ou au-delà ont été présentées afin d’inspirer les participants comme l’Espace nordique jurassien, l’association Mountain Wilderness, ou encore le Syndicat des accompagnateurs de moyenne montagne du Jura…
A l’occasion de plusieurs ateliers, les acteurs touristiques ont imaginé des actions concrètes à mener à plus ou moins long terme. Ils ont en particulier souhaité qu’une dynamique collective puisse être engagée sur le moyen terme pour poursuivre la réflexion, partager les initiatives concrètes, imaginer des pistes nouvelles et mesurer l’avancement des projets innovants sur le massif du Jura.