La précarité s’aggrave

Les Restos du Cœur du Jura constatent une très forte augmentation du nombre de personnes accueillies. Leurs campagnes se succèdent, les crises s’accumulent et le constat de l’aggravation de la précarité demeure donc implacable.

0
4831
Photo d'archives - Cyril Kempfer.

« Et j’ai une petite idée, comme ça, si des fois y a des marques qui m’entendent, … si y a des gens qui sont intéressés pour sponsoriser une cantine gratuite qu’on pourrait commencer par faire à Paris par exemple et puis qu’on étalerait après dans les grandes villes de France… » Cet appel de Coluche remonte à 1985.
En 2023, à Champagnole, le président des Restos du Cœur du Jura, Gilles Vandelle, a toujours besoin – et même de plus en plus – de dons et de bénévoles pour aider les personnes démunies et notamment dans le domaine alimentaire avec l’accès à des repas gratuits. 750 tonnes d’aliments sont redistribuées chaque année.
Fin janvier, 2 483 personnes ont été accueillies : 954 à Dole, 801 à Lons-le-Saunier, 163 à Saint-Claude, 143 à Morez, 135 à Champagnole et Poligny, 100 à Arbois et 52 à Salins-les-Bains. Les Restos du Cœur du Jura distribuent 142 107 repas pour la campagne 2022/2023, une évolution de 113 %. 21 127 personnes ont été accueillies.

Une collecte cette semaine

Une collecte est organisée dans toute la France ce vendredi 3, samedi 4 et dimanche 5 mars. Les bénévoles – ils sont 461 dans le Jura – seront présents dans les supermarchés pour récolter des denrées alimentaires et des produits d’hygiène. Pensez surtout aux conserves alimentaires en demi-boite, à l’huile, aux produits de lessive et de vaisselle, au café soluble. « Ce dont on manque le plus, c’est la viande, ajoute Gilles Vandelle. C’est donc difficile de fournir des repas équilibrés. »
Il est possible d’être bénévole d’un jour à cette occasion en contactant l’association.
Plus d’infos sur collecte.restosducoeur.org

ENCADRE
Ce que dit Gilles Vandelle

« Aux Restos, nous accueillons les personnes les plus démunies. De leurs revenus, nous déduisons les frais de loyer et des dépenses de première nécessité pour déterminer un « reste à vivre ». S’il est inférieur à un barème établi, ils seront accueillis. Cette année, pour la première fois, les frais d’énergie sont aussi déduits. Ce qui fait que beaucoup plus de monde tombe sous le seuil… Nous constatons une très forte augmentation, surtout où il y a des Cada (centres d’accueil de demandeurs d’asile) – Lons, Poligny -, des étudiants aussi. Il y a beaucoup de personnes seules, divorcées, qui ont des enfants à nourrir. Les personnes qui sont venues cet hiver viendront cet été alors qu’avant c’était la moitié. » D’où l’importance de cette collecte de mars qui servira à la campagne d’été.

ENCADRE
Quelques chiffres départementaux

Dans le Jura, les Restos du Cœur interviennent dans plusieurs secteurs d’activités : la distribution alimentaire, le dressing, la coiffure, l’aide budgétaire, l’aide au logement, l’apprentissage du français. L’association dispose de huit centres permanents, un entrepôt central à Champagnole, un salon de coiffure, neuf camions, du matériel divers (de manutention, de bureau), trois chambres froides, des congélateurs.
L’association se réjouit que la ramasse auprès des magasins partenaires a retrouvé son niveau d’avant Covid. « Nous ne connaissons aucune perte de denrées alimentaires, ce qui n’est pas distribué est destiné à l’alimentation animale, précise André Lemaire, référent communication. Quasi 100 % des produits récoltés sont distribués, cela est dû à la qualité de ce qui nous est offert et au soin apporté au respect des dates de péremption. » En 2022, 110 712 kilos ont été ramassés dans le Jura, à mi-campagne 2023 : 52 438 kilos.