La FDSEA interpelle le président de la République

Une délégation a remis un panier de produits locaux lors de sa venue pour dénoncer les normes et taxes qui pénalisent la production agricole.

0
581
Nicolas Dupuis, président intercantonal de la FDSEA en Petite Montagne, fait partie des agriculteurs qui se sont mobilisés contre les incendies de l’été 2022. Il a répété qu’il fallait en tirer des leçons et se réjouit de la mise en place progressive d’agriculteurs référents pour aider les pompiers en cas de besoin.

Une délégation de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs ont remis un panier de produits locaux au président de la République lors de sa visite dans le département, ainsi qu’au ministre de l’agriculture, Marc Fesneau. A travers chaque produit, les agriculteurs dénonçaient une norme ou une taxe qui pénalise la production agricole et la souveraineté alimentaire. Pour eux, la production agricole française ne cesse de baisser alors que les importations de nos aliments grimpent en flèche. Ils demandent une véritable ambition pour l’agriculture.

Baguette, comté, viande…

 

La baguette de pain symbolisait les pertes de surfaces en blé à cause des 4 % de jachères obligatoires. C’est 3 000 ha de cultures en moins dans le Jura soit l’équivalent de la consommation de pain de l’ensemble des Jurassiens.

Le comté symbolisait la multiplication des zones dites sensibles où les règlementations condamnent la production avec à terme une mise sous cloche de ces territoires malgré des systèmes extensifs.

La viande de mouton symbolisait les 78 accords de libres échanges qui utilisent l’agriculture comme monnaie d’échange dont le dernier en date avec la nouvelle Zélande. Elle symbolisait également le manque d’ambition du plan loup pour l’élevage.

La bouteille de crémant symbolisait le manque d’ambition et de moyens de la future loi d’orientation agricole pour le renouvellement des générations par de l’installation et des mesures fiscales et sociales facilitant l’embauche dans les entreprises agricoles et viticoles.

Les pommes de terre symbolisaient la hausse de 40 % de la hausse de la redevance sur les prélèvements d’eau. Sans eau, pas d’alimentation.

La saucisse de Morteau symbolisait l’inadaptation du règlement européen IED, assimilant les élevages aux normes des industries.

Le litre d’huile de colza, le paquet de lentille et le pot de moutarde de Dijon symbolisaient les interdictions franco-françaises de produits de protection des plantes sans alternatives crédibles, ce qui conduirait à une baisse voire une disparition de certaines productions à l’avenir, pour le plus grand bonheur des pays exportateurs. Ces produits symbolisaient également la hausse de 20 % des taxes sur les produits phytosanitaires.

 

Crédit photo : Fdsea du Jura.