La douloureuse

0
672

Voici venue l’heure de régler l’addition du « quoi qu’il en coûte » (240 milliards d’euros de l’aveu même de Bruno Le Maire) et de prendre conscience de la hausse anormalement élevée de la taxe foncière. Du moins, pour ceux qui ont la chance d’être propriétaire(s)…
Une hausse anormalement élevée puisque la base imposable augmente de 7,1%, alors que les salaires stagnent et que le taux de rémunération du Livret A s’établit à 3%… Cherchez l’erreur !
En clair, on prend plus et on redonne moins. C’est tout bénéfice pour le seigneur du château.
Même technique pour les intercommunalités qui, face à l’explosion de leurs coûts de fonctionnement et le besoin impérieux de réduire leur endettement au vu des taux d’emprunts exponentiels, reportent parfois cet effort sur le contribuable. Ben voyons…
Comme toujours, on déplorera que le système ne fonctionne que dans un sens. Qu’il ne s’agisse en réalité que d’une nasse à fric, que le citoyen-contributeur-consommateur se doit d’alimenter directement ou indirectement à la sueur de son front, sans réellement bénéficier des protections et potentielles assistances qui pourtant lui sont dues à cet égard.
Car s’il n’y avait que les délais de traitement administratif dépassant parfois les six mois, ou les appels restant sans réponse pendant parfois plus de 15 minutes… Ce ne serait pas si grave.
Mais non, il y aussi, encore et toujours, les services d’urgence contraints de fermer la nuit, les défaillances du système éducatif (d’où les drames des jours derniers), et toutes ces autres fâcheuses carences (emploi, sécurité, transports) d’un service public bien mal en point !
Le problème, c’est que le contribuable, lui, n’a pas le droit, ni même la possibilité, de se substituer à son devoir. Il lui faut payer, toujours payer. Sans condition, sans capacité de compromis, sans broncher. Décidément, on se dit que la règle du jeu n’est pas la même, en fonction du côté de la barrière duquel on se trouve.
De quoi inciter légitimement bon nombre de révoltés par ces flagrantes injustices du système déficient dont ils sont victimes, à tenter de franchir la ligne rouge… pour mieux s’en extraire.