Grands mots… Grands remèdes…

Démocratie

70
Gérard Bouvier.

La difficulté dans le fonctionnement actuel de notre démocratie -avec un risque de la conduire à sa perte- c’est que ce sont les Uns qui sont au pouvoir alors que ce sont les Autres qui soutiennent maitriser les idées pertinentes pour rendre la vie de nos concitoyens accomplie, heureuse, prolongée et exonérée de taxes futiles. D’ailleurs les Autres n’hésitent pas à le faire savoir aux Uns. En levant le ton ou en défilant à tout-va.

Déjà il y a bien longtemps, quoique sur un modèle historique un peu différent, l’invasion des Huns ne fut guère avantageuse pour les Hautres.

La situation est donc embarrassante et la plupart des honnêtes gens cherchent une solution quand ils ne sont pas occupés par des projets personnels prioritaires.

Si bien que nos tracas restent à ce jour sans solution. D’une analyse fine et rigoureuse de la situation une solution coule de source : il suffit de chasser les Uns et d’installer les Autres en lieu et place.

Mais il n’y a pas pire sourd que celui qui l’est des deux oreilles et ce serait ne pas voir plus loin que le petit bout de la borgnette. Car enfin ! Réfléchissons ! En accédant au pouvoir les Autres deviennent aussitôt et ipso facto les Uns qui dirigent désormais alors même que les ex-Uns devenus les nouveaux-Autres nous expliquent maintenant à chaque prise de paroles combien ils auraient été plus compétents toutes choses égales par ailleurs.

La Marie-Madeleine me dit qu’on pourrait faire une chambre législative avec pour partie les Uns et pour partie les Autres. Mais c’est justement ce qu’on fait et ça ne marche guère !

Je tiendrai grand compte de toutes vos propositions.