Éclans-Nenon : face aux tags homophobes, le maire Gabriel Bremond se veut combatif

Victime de tags homophobes, Gabriel Bremond maire d'Éclans-Nenon a porté plainte auprès de la gendarmerie . Si ces injures d'un autre temps ne l'atteignent pas, l'élu s'inquiète d'avantage pour ses administrés. "Ils ne méritent pas ça ! ". Rencontre sur place.

0
282
Gabriel Bremond, maire d'Éclans-Nenon.

C’est une bien étrange journée de Noël que Gabriel Bremond, maire d’Éclans-Nenon a passé lundi 25 décembre. « Il était 9 heures et Hervé Prat un ancien maire de la commune vient m’interpeller pour me dire qu’il avait constaté plusieurs tags injurieux sur les murs à mon encontre. » Dans la nuit, une ou plusieurs personnes se sont livrées à une vindicte grossière envers l’élu : « Gros PD » « Gabriel en port jarretelle » « travelo » pouvait-on lire entre autre sur le mur de la mairie, l’abri bus et le cimetière.
Gabriel Bremond et son compagnon ont racheté en 2020 le camping des Marronniers situé à quelques encablures de l’ancienne discothèque « Le Space ».
Sur les panneaux indiquant le site, encore des tags.
Face à ces actes, le maire a dans la foulée prévenu les services de gendarmerie et porté plainte contre x pour injures à caractère homophobe.

Gabriel Bremond : « Je ne pense pas que se sont des habitants qui ont fait ça ! »

Sur le mur de la mairie, les écrits sont difficiles à retirer malgré les efforts des employés communaux.

L’œuvre d’habitants de la commune ?
L’édile est sûr de lui :
« Je ne pense pas que se sont des habitants qui ont fait ça, ici tout se passe bien et je n’ai pas d’ennemi, tout le monde sait que je vis avec un homme, je ne m’en suis jamais caché et je suis comme je suis ! J’ai 72 ans et je m’assume » explique Gabriel Bremond d’avantage embarrassé pour sa commune que pour lui-même.
« Vous savez tout cela ne m’atteint pas, je suis avant tout triste pour les habitants, ils ne méritent pas ça, j’espère que justice sera rendue et que la punition sera ferme pour les auteurs. Tout cela risque bien de leur coûter cher, en particulier dans une période où les agressions envers les élus sont en augmentation. »

Une montée de l’homophobie en France? 

Pour Gabriel Bremond, ce geste honteux révèle une certaine montée de l’homophobie et des incivilités de manière générale en France.
« Aujourd’hui il n’y a plus de respect et de tolérance, j’ai marié dernièrement deux femmes à la mairie, j’en étais très heureux, il faut que tout cela cesse ! » confie-t-il.

Soutien venu de toute la France

Les expressions de bienveillance envers Gabriel Bremond n’ont pas tardé à parvenir à sa mairie : « Il y a tout d’abord eu des mots de la part de nombreux collègues maires du Grand Dole et du Jura, puis le soutien de la ministre déléguée en charge des Collectivités territoriales, Dominique Faure, les maires de grandes villes comme Tours ou plus surprenant un habitant de Libourne très affecté par ma situation qui m’a écrit une lettre très touchante ».
De son côté (AMF) Association des Maires de France a assuré Gabriel Bremond de son entière solidarité et lui a proposé de se porter partie civile dans cette affaire.

De nouveaux tags dans la nuit de la Saint-Sylvestre

Selon nos informations, de nouveaux tags à caractère homophobe auraient été peints dans la commune dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier 2024.
Nous reviendrons dans une prochaine édition, sur les suites qui seront données en réponse à ces actes odieux.

Enzo Saad