Une nouvelle adresse pour l’Épicerie Sociale

0
746
Frédérike Dray, adjointe chargée des affaires sociales, Justine Gruet, Députée, Jean-Baptiste Gagnoux, Maire de Dole, Claude Bottin, ancien président de la Banque Alimentaire et Fatima Faik, Présidente de l'Epicerie Sociale (de gauche à droite)

Claude Bottin rappelle :
«
l’Épicerie Sociale a été créée en 2016 sur Dole avec mon appui en tant que responsable de la Banque Alimentaire de Champagnole et au moment où une antenne de la Banque alimentaire a été créée sur Dole.
Elle a succédé à l’Épicerie Solidaire qui était gérée par le CCAS. Elle s’est dans un premier temps installé
e dans les anciens locaux de Lidl rue du Général Bethouard puis au 56 Bd Pompidou. Et la voilà enfin aujourd’hui dans ces nouveaux locaux (et on espère définitifs) rue Faustin Besson. »

La présidente en parle…

Fatima Faik souligne quant à elle :
« L’Épicerie
Sociale fonctionne grâce à plusieurs bénévoles qui sont très actifs mais aussi avec l’aide de jeunes de l’IME qui viennent aider deux fois par semaine ; d’ailleurs certains d’entre eux ont également pu faire un stage à l’Épicerie Sociale. C’est bien l’engagement de cette équipe qui permet de proposer un espace aussi agréable aux bénéficiaires qui nous sont adressés suite à prescription des services sociaux. Les produits sont fournis en partie par la banque alimentaire de Dole mais aussi par Netto qui nous propose ses invendus ou proches DLC. Nous achetons aussi des produits grâce aux dons qui peuvent nous être faits comme ce fut le cas dernièrement grâce au don du Club Agora. Les produits sont revendus aux bénéficiaires entre 10 et 30 % moins chers que dans un commerce classique. »

La place de la politique sociale

Jean-Baptiste Gagnoux et Frédérique Gray indiquent  :
« C
ette Épicerie Sociale entre dans les actions de la politique sociale de la ville pour les plus démunis. D’ailleurs ce local a été acheté par la ville afin de stabiliser l’Épicerie Sociale en centre ville avec un parking pour les bénéficiaires. »
Et d’ajouter que « l
es bénéficiaires grâce à cette épicerie sortent de l’assistanat en faisant leur courses comme dans une épicerie classique ce qui les revalorisent ; cette démarche fait partie de l’accompagnement accordé aux familles bénéficiaires. De façon métaphorique, on pourrait imaginer le prescripteur comme un médecin et l’épicerie sociale comme une pharmacie. »
Tout un symbole.