Haut-Jura. Les Sanclaudiens ont commémoré la rafle du 9 avril 1944

En présence de Pierre Marc, seul rescapé à 99 ans.

0
280
302 malheureux raflés ce jour de Pâques du 9 avril 44 avec une fresque du déroulement du tri des hommes.

Le 9 avril est toujours une journée particulière pour Saint-Claude, et cette année encore plus avec les commémorations des 80 ans de la rafle du 9 avril 1944 sur la place du Pré. Cette date est en effet pleine de symbole avec la déportation des 302 Sanclaudiens et Haut-Jurassiens sur les 2 000 hommes de 18 à 25 ans convoqués sur la place du Pré ce jour funeste de Pâques 44 par la Gestapo de Klaus Barbie fraîchement arrivée dans la ville la veille pour organiser sa funeste besogne.

Les hommes ainsi enlevés à leurs proches ont été déportés par les Allemands dans plusieurs camps de concentration aux noms d’une misère absolue : Bergen-Belsen, Buchenwald, Dachau, Dora, Ellrich, Neuengamme et Ravensbrück notamment. 186 ne sont jamais revenus et des 116 rescapés, il n’en restait plus qu’un ce 9 avril 2024, présent sur le parvis du monument aux morts de la ville: Pierre Marc, 99 ans.

Le dernier des rescapés…

Pierre Marc reste en effet le seul rescapé, puisque Jean Lorge est décédé à 97 ans en novembre 2022. Il y avait  beaucoup de monde sur le parvis du monument aux morts cette année, car pratiquement toutes les écoles de la ville étaient présentes à cette cérémonie, et pas mal de citoyens étaient présents également en cette journée du souvenir.

Le maire Jean-Louis Millet dans son discours a particulièrement insisté sur le prix  de la liberté payé par les Sanclaudiens. « Il y a eu plus de 1 200 déportés dans le Jura, 671 Jurassiens morts dans les camps, dont 186 Sanclaudiens. Les Sanclaudiens représentent presque un Jurassien martyr sur trois. » Sophie Deknuydt, la sous-préfète,  a voulu aussi rendre un hommage appuyé à l’ensemble des déportés sanclaudiens, tout en faisant œuvre de rappel  du souvenir.  Silence, solennité et recueillement étaient au rendez-vous…