Commémoration des 79 ans de la rafle du 9 avril 1944 à Saint-Claude

Devoir de mémoire, en présence des deux seuls rescapés de cette tragédie.

0
863
Pierre Marc et Jean Laperrière les deux rescapés de cette rafle du 9 avril 1944 à Saint-Claude.

Ce 9 avril 2023 jour de Pâques représentait un jour très particulier pour Saint-Claude. Il s’agissait de la commémoration du 79ème anniversaire de la déportation de 302 San claudiens et Hauts-jurassiens sur les 2000 hommes de 18 à 25 ans convoqués sur la place du pré ce jour funeste de Pâques 44 par la Gestapo de Klaus Barbie, lors de la seconde guerre mondiale 39/45.
Les malheureux ont été déportés par les Allemands dans plusieurs camps de concentration aux noms d’une tristesse absolue : Bergen-Belsen, Buchenwald, Dachau, Dora, Ellrich, Neuengamme et Ravensbrück notamment.
186 ne sont jamais revenus et des 116 rescapés, ils n’étaient plus que deux présents ce 9 avril 2023 sur le parvis du monument aux morts de la ville: Pierre Marc (98 ans), et Jean Laperrière (97 ans)…

Le cercle des rescapés s’amoindrit…

Il manquait en effet à l’appel Jean Lorge (97 ans) décédé en novembre dernier et qui formait encore le 3ème maillon de ce triumvirat de rescapés, l’année passée le même jour ayant raconté au micro le déroulement funeste de ce 9 avril 1944, avec le regroupement à l’école de Saint-Claude, puis l’acheminement jusqu’à Compiègne, et vers les camps (dont celui de Buchenwald), dans des trains de marchandises où ils ont connu des conditions de vie épouvantables…
A travers ces deux témoins de l’histoire, par leur discours le maire Jean-Louis Millet, puis la sous-préfète Caroline Poullain  ont ainsi voulu rendre hommage à l’ensemble des San claudiens déportés, tout en faisant œuvre de rappel du souvenir.
Quant à nos deux ainés ils ont déposé une gerbe devant la stèle de la place du 9 avril 1944, dans un geste symbolique sur les lieux de la rafle, où, familles, personnalités, et San claudiens s’étaient réunis.
Silence, solennité et recueillement étaient au rendez-vous…