Champagnole va célébrer sa Libération

Le rassemblement est fixé ce samedi 3 septembre, à 10 h 45, sur l’esplanade de Belle Frise. La ville a été libérée il y a 78 ans.

0
80

Autant il est facile de décrire des communes jurassiennes durant les années 1940-1944, autant les sources concernant Champagnole sont peu nombreuses. Pourtant, ici comme ailleurs, des femmes et des hommes se sont engagés dans la Résistance.
Rémy Gaudillier a produit un ouvrage bien documenté « Champagnole – 1940-1944 », quand il était professeur d’histoire au lycée Paul-Emile Victor de Champagnole. Il a rédigé quelques pages sur la Libération, dont voici un extrait…
« Alors que des Champagnolaises s’activent à confectionner des brassards FFI, le 18 août 1944, les Allemands évacuent Champagnole. Le 25, les maquis descendus en ville sont fêtés par la population ». Célia Bertin en témoigne…
« Paris reconquis, j’appris la nouvelle en même temps que celle du défilé organisé par les différents maquis pour fêter la libération de Champagnole ainsi que celle de la capitale. Le long des rues flottaient des drapeaux tricolores aux fenêtres. Tout ce bleu, ce blanc, ce rouge, alors qu’il n’y avait plus d’étoffe, que les hommes allaient pieds nus. Nous fûmes acclamés, on nous jetait des bouquets, on nous invitait à sabler le champagne, à dîner… » Le 3 septembre, des éléments de la 3eme division algérienne (Armée De Lattre) venant de Nantua via Saint Laurent libèrent Morez puis Champagnole. La joie est totale, les photos de l’époque en témoignent largement. Elle est cependant ternie par un malheureux accident ; des jeunes en signe de joie font crépiter leurs armes.
« Par ricochet, une balle atteint mortellement Madame Cédro devant son domicile ».

3 septembre

Dans « La libération du territoire et le retour à la République », documents réunis par les Services éducatifs des archives départementales, le 3 septembre 1944 est également rapporté : « Dans les rues pavoisées de drapeaux tricolores, acclamée par la foule, la 3e division d’infanterie algérienne fait son entrée dans Champagnole le 3 septembre 1944 après avoir libéré Saint-Claude la veille. Constituée en Afrique du Nord et majoritairement composée de soldats « indigènes », débarquée en Provence après s’être couverte de gloire en Italie, cette unité de la future Première armée française couvre le flanc droit des armées alliées qui remontent l’axe Bourg-en-Bresse / Besançon et libère le Haut Jura et le Haut Doubs avant de participer à la bataille d’Alsace et d’entrer en Allemagne ».
Rémy Gaudillier avait retrouvé la photo d’un de ces soldats et a publié le refrain qu’ils chantaient : « C’est nous les Africains / qui revenons de loin / Nous venons des colonies / pour défendre le pays / Nous avons laissé là-bas / nos parents, nos amis / et nous avons au cœur / une invincible ardeur / car nous voulons porter haut et fier / le beau drapeau de notre France entière ».
Les Champagnolais célèbreront le 78e anniversaire de la Libération de leur ville ce samedi 3 septembre, à 11 h, au monument aux morts. Le rassemblement est fixé à 10 h 45 sur l’esplanade de Belle Frise et le départ du cortège à 10 h 55.