Champagnole. Achat et démolition

Acheter un bâtiment en zone commerciale pour ensuite le démolir, telle est la volonté du conseil communautaire.

0
119
De grandes ambitions foncières ont été abordées au conseil communautaire

« Ce bâtiment est une véritable verrue dans le paysage du futur centre commercial », concède Rémi Hugon en charge des affaires générales et du développement économique. Le bâtiment en question est celui des consorts Thevenin, propriétaires des lieux hébergeant actuellement l’entreprise Eco Chauffe 39 et TB Auto.
« Ce rachat entre dans le cadre de l’aménagement de la zone commerciale de Champagnole et dans la poursuite de la construction du nouvel espace « La Manufacture » par la société Keystone, à laquelle la communauté de communes a cédé un terrain par délibération en date du 3 mars 2020 ».
La vétusté de l’ensemble immobilier actuel lui donne l’aspect « d’une friche ». C’est pourquoi, son rachat signe aussi son avis de destruction « Cela sera fait afin de poursuivre le réaménagement de cet espace commercial dans le respect d’une harmonie paysagère vis-à-vis du nouvel ensemble ».

Des acquisitions plus onéreuses que prévues

Le prix annoncé par le pôle d’estimation domaniale a été fixé à 250 000€HT, pour une surface utile de 830m2 et une parcelle de 2411m2.
Toutefois, avançant « le contexte de rareté foncière, ainsi que la tension liée à la recherche de locaux au cœur du nouveau pôle commercial en construction dans cette zone tout comme la volonté de résorption des friches sur le territoire », il a été proposé au conseil communautaire d’aller au-delà du prix de l’évaluation en s’alignant sur le prix de vente fixé, autrement dit 320 000€. Le conseil communautaire a donné son accord à l’unanimité.
C’est un autre projet immobilier qui a soulevé quelques questions, notamment sur le prix de vente : un terrain à Ardon. Une parcelle de 4.8 ha mise à la vente à la suite de la séparation du l’Association Intercommunale de Chasse Agréée de la Vallée de l’Angillon en deux entités de chasse distinctes. Le prix de vente, déterminé à 45 000€ a fait bondir trois élus (Philippe Ménétrier, Michel Dole et Michel Bourgeois) qui ont choisi de s’abstenir.
Le terrain sera tout de même acquis par la comcom.