Arbois : le glas a failli sonner pour le Club Notre Soleil

0
585
Une petite quarantaine d'adhérents était présente dans la salle qui quelques années en arrière était remplie.

L’Assemblée Générale du club Notre Soleil de mercredi dernier a bien failli être la dernière. Dans une annonce un peu attendue, la présidente sortante Danièle Guyennot informait les adhérents qu’elle ne se représentait pas à la tête du club pour des raisons de santé, renonçant également à toute responsabilité au sein du bureau. Toutefois, elle assurait qu’elle continuerait à participer activement aux séances de tarot.

Une démission de tout le bureau

En effet, outre la présidente, les membres du bureau sortant, M. et Mme Michel, Mme Acerbis et M. Guillaumot, ne renouvellent pas leur mandat, invoquant l’âge et des raisons familiales. Ce départ massif soulève des questions quant à l’avenir du club.
Une tentative pour susciter de l’enthousiasme par le biais de votes s’est avérée peu concluante. A la question « souhaitez-vous faire partie du bureau ? » Seul, Michel Cuenot âgé de 90 ans a répondu présent.
« Tenez-vous à ce que le club continue, oui ou non ? Si oui, il nous faut des volontaires. Le sort du club est entre vos mains », soulignait la présidente.
Sylvie Régaldi rappelait que la municipalité avait toujours soutenu le club. Elle soulevait l’idée d’une présidence par intérim, accompagnée de deux ou trois personnes dévouées pour constituer un bureau et maintenir le club à flot. « Malgré une baisse du nombre d’adhérents, ceux qui restent sont attachés au club, constatait-elle. Il y a plus d’une décennie, Michel Cuenot a réussi à doubler les adhésions, passant de 40 à 80 membres. Il appelle maintenant à un soutien similaire pour cette nouvelle phase. »

Un bureau en intérim

Après moult échanges, cinq adhérents se sont portés volontaires pour constituer un bureau par intérim : Michel Cuenot, Bernard Duclos, Monique Kovalkchouk, Michel Vergon et Jacky Millet. Véronique Monnier, coordinatrice France Service s’est dévouée elle aussi et intègre le bureau, apportant du sang neuf.  Reste à savoir combien de temps cet intérim durera et si le club pourra surmonter ces changements pour continuer à prospérer.
Quelle solution pour contrer la tendance de baisse du nombre d’adhérents ? Ne serait-il pas envisageable de repenser les offres pour mieux répondre aux besoins et aux intérêts changeants de la population vieillissante ?
Cela pourrait inclure l’organisation d’activités plus variées, l’intégration de la technologie pour faciliter la participation à distance, et une communication efficace pour attirer de nouveaux membres.