Jura. 80 ans plus tard, Poligny se souvient

A l’initiative de Jean Jaillet, président de la section FNDIRP Poligny-Sellières, la ville de Poligny s’apprête à célébrer le 80e anniversaire de la Grande Rafle du 17 avril 1944.

0
231
Jean Jaillet, président de la section FNDIRP Poligny-Sellières, s'est mobilisé.

Il veut créer un moment d’émotion… Jean Jaillet, le président de la section FNDIRP Poligny-Sellières (fédération nationale des déportés internés résistants patriotes), s’est associé au Souvenir français et à la Ville de Poligny afin d’organiser différentes manifestations pour commémorer le 80e anniversaire de la Grande Rafle du 17 avril 1944.

Ce mercredi, l’événement démarrera par une cérémonie à 17 h 30, sur la place des Déportés, au pied de la plaque commémorative à la mémoire des déportés de Poligny et des environs.

Une exposition sera ensuite inaugurée, à 18 h, au Caveau des Jacobins. Elle a été réalisée par des collégiens de Jules Grévy et leur professeur d’histoire Madame Richard. Elle traite de la Rafle et de la Déportation. Elle pourra être découverte aux Jacobins ce mardi 16, mercredi 17 et jeudi 18, de 10 h à 12 h et de 15 h à 18 h.

Cette exposition a été installée dans les deux collèges et une intervention a été organisée auprès des 3e pour les sensibiliser, la Seconde guerre mondiale étant à leur programme d’histoire. Ils ont été très touchés par l’histoire du plus jeune raflé, âgé de 14 ans. Alexandre Léon a été déporté et gazé à Auschwitz.

A 19 h, une conférence est prévue salle Herzog. Madame Pelot interviendra sur la rafle du 17 avril et la Libération de Poligny.

Le projet s’est vu attribuer le label « 80 ans de la Libération » par la Mission Libération.

De 1944 à 2024, garder les mêmes valeurs

La ville de Poligny a été éprouvée tout particulièrement par différentes rafles durant l’occupation allemande. 87 habitants de Poligny et des environs ont été déportés en cinq rafles successives entre mars 1943 et août 1944. 44 ont survécu.

Poligny a été à ce point frappée car elle a été très tôt un foyer de résistance. Lors de la Journée du souvenir de la Déportation en l’honneur des résistants et déportés, le 29 avril 2012, le président de l’Association de sauvegarde du patrimoine polinois, Gaston Bordet, rappelait : « Nous avons compris que ces rafles avaient été effectuées pour désorganiser, démanteler les trois principales organisations de résistance du département du Jura. Elles ont été touchées dans leurs forces vives mais elles se sont relevées. Compris aussi, après coup, que ces déportés avaient le plus souvent été victimes de dénonciations venant de mouchards polinois. Cela nous paraissait inadmissible, inconcevable ! »

Reste de son discours, aussi, le message toujours d’actualité… « Le message, l’exemple que nous ont laissés déportés et résistants, il faut le répéter, n’est pas un message, un exemple du passé pour des temps révolus. Il est un message pour tous les temps, pour tous les pays. Il est un message pour aujourd’hui et pour toutes les générations : il est un message contre et un message pour : contre le racisme, contre l’antisémitisme, contre l’anti-arabisme, contre l’anti-roms, contre le refus de l’étranger, de l’autre, contre le règne de l’argent. Il est un message pour : pour un monde de justice, de liberté, de fraternité, d’entre-aide, de solidarité, d’amour. Déportés ! Vos valeurs de 1942-1945 sont nos valeurs pour 2012, pour aujourd’hui, pour demain ! »

Léon Alexandre est le deuxième enfant en partant de la gauche.

Ils ont le label « 80 ans de la Libération »

A ce jour, ont été labellisées : les mairies de Lemuy, Les Moussières, Chamblay, Foncine-le-Haut, Arbois, Bletterans, Salins-les-Bains, Entre-deux-Monts, Saint-Didier, Brevans, Chilly-le-Vignoble, Alièze, Courlans, Annoire, Fontainebrux, Perrigny, Gevingey, Lons-le-Saunier, Saint-Claude, Fondation la France libre, FNDIRP, Préfecture du Jura, Archives départementales du Jura, Association des Amis de la Borne au Lion et du Crêt de Chalam, Association Cloch, Commune de Viry / Association pour la Mémoire de la Résistance jurassienne.

En plus de Poligny, se mobilisent également ces jours, Frébuans avec une cérémonie le 20 avril, à 17 h,  à la stèle de Saint-Georges et Saint-Didier avec une cérémonie le 25 avril, à 18 h, place des Déportés et des Martyrs du 25 avril 1944.