Jura. Les invités de la rédaction : Arnaud Lavrut et Jules Schmidt

Rencontre avec les deux co-organisateurs de la Zomby Night prévue vendredi 5 et samedi 6 avril à Mont-sous-Vaudrey. Un concept aussi surprenant qu'original... qui, après une première édition l'année dernière, revient enrichi de plusieurs nouveautés. A découvrir absolument !

0
790
Arnaud Lavrut et Jules Schmidt.

Arnaud et Jules, voilà que se profile la deuxième édition de la Zomby Night, qui se déroulera les 5 et 6 avril prochains, au Château (Domaine Arc-en-Ciel) de Mont-sous-Vaudrey. Pouvez-vous nous rappeler en quoi consiste précisément cette course d’orientation nocturne en territoire zombie ?

Les participants à cet événement sont des survivants. Pour débuter l’aventure, ils assistent à une présentation de la mission par des acteurs. Les 5 et 6 Avril, l’objectif sera de trouver la composition de l’antidote afin de sauver le village olympique, dans lequel les athlètes se transforment peu à peu en zombie…
Puis un échauffement sportif en musique permet aux survivants de se préparer pour la mission, avant d’être poussés vers le jeu par les coachs.
Le départ est magique : fumée lourde, stroboscope, les premiers zombies…
Durant 1h30 environ, dans un espace boisé de 10 hectares infesté de zombies, les joueurs devront trouver puis résoudre des énigmes tout au long du parcours, à l’aide de leur carte et de leur lampe frontale. L’espace de jeu est décoré (cercueils, croix, mannequins…) et illuminé (spots de couleur…) par ND Prestations.
Environ 25 zombies sont repartis sur des zones précises afin de perturber l’avancement des survivants. Lesquels seront équipés de 2 bâtons de vie accrochés à la ceinture. 1 bâton perdu = -10 points.
L’objectif est de réussir à finir cette mission, de marquer le plus de points et de prendre plaisir afin que l’expérience reste inoubliable.
Il n’y a pas de classement, ce n’est pas une course. Le seul but est de s’amuser et de profiter.
Ce n’est pas non plus un escape game ; les participants savent ce qu’ils cherchent. Ils ne sont pas enfermés dans une pièce. Il n’y a pas de temps limite.

Qui peut y participer et sous quelles conditions s’organise l’événement ?

Ce jeu, destiné à toutes les personnes de plus de 14 ans, s’adresse à un public large : en famille, entre amis, entre collègues de travail, clubs sportifs… Formez votre équipe (pas de nombre de joueurs minimum ou maximum), inscrivez-vous et venez vous dépasser. Fini de jouer dans votre canapé, aujourd’hui c’est vous l’acteur du jeu !
L’année dernière, 1350 survivants ont participé. La moyenne d’âge est de 35 ans. Nous accueillons des survivants de 14 à 55 ans pour la plupart. Ils s’amusaient et rigolaient. Nous avons eu de bons retours, ce qui nous a encouragés à recommencer.
10 départs par soir seront réalisés, toutes les 15 minutes, de 20h00 à 22h30.
Nous attendons environ 1600 personnes pour cette seconde édition.

Quelles seront les nouveautés cette année ?

En plus des énigmes à résoudre, les survivants devront reconnaitre une odeur, toucher un objet ou manger quelque chose pour obtenir des indices. De plus, afin d’avoir suffisamment de zombies tout au long du parcours (plus qu’en 2023), ce sont des figurants de nos équipes qui s’y collent.
Ils assurent un rôle d’acteur et veillent à la sécurité ainsi qu’au bon déroulement du jeu. (Elèves de BTS des lycées Nodier et Duhamel notamment).
Côté maquillage, nous travaillons cette année avec l’école Backstage, école de maquillage professionnelle basée à Dijon.
L’échauffement sera réalisé par des coachs sportifs de l’espace Talagrand à Dole

Visiblement, votre concept semble séduire bien au delà des frontières de notre département… Quels sont vos projets pour la suite ?

Probablement, nous allons rapidement nous tourner vers la préparation de la troisième édition en 2025. Nous avons échangé avec l’université de Bourgogne, un projet au campus universitaire pour le Grand Dijon pourrait s’envisager…
A nous de faire nos preuves en 2024.
Nous sommes ouverts à toute proposition de nouveau lieu, qui pourrait répondre à notre cahier des charges (au moins 8 hectares, différents espaces, un lieu abrité pour le scénario, de l’électricité…)
Comme un camping, une ancienne usine, une zone industrielle, un ancien fort militaire, un château…
A terme, nous espérons nous étendre sur les départements limitrophes.

Contacts :
zombynight39@gmail.com
Téléphone : 06 88 76 68 22
Site internet : https://www.zombynight.com