Poligny : les étudiants de l’Enil apprennent les bons gestes pour optimiser la santé au travail

Dans le cadre de l'appel à projet "Mon corps, ma ressource", lancé par la DGER (Direction Générale de l'Enseignement et de la Recherche), les ENIL de Bourgogne-Franche-Comté Poligny et Mamirolles ont été retenus parmi une quarantaine de dossiers.

0
181
Christophe Geoffroy corrige la posture d'un étudiant.

Le projet est porté par Jean-François Droz-Vincent, professeur d’éducation physique et sportive au sein des deux établissements. L’initiative consiste à aider les apprenants à se construire une attitude responsable en situation professionnelles au travers de la pratique physique. 

Dans le cadre de ce projet, Christophe Geoffroy, ex-kiné de l’équipe de France de football, distribuait ses conseils, mercredi dernier à l’ENIL de Poligny

« Le but est de développer la prévention dans le monde du travail de manière à s’intéresser davantage à la cause qu’à la conséquence.  Dans tous les métiers, aujourd’hui ce qui est intéressant c’est que les personnes comprennent comment le corps fonctionne de manière à ce qu’elles puissent mieux l’utiliser au quotidien pour repousser la douleur et notamment les troubles musculo squelettiques et pouvoir rester le plus longtemps possible en forme, c’est ça l’objectif. Personne n’est oublié aussi bien dans le tertiaire que dans la production primaire, secondaire, tous les secteurs sont visités. On est là pour essayer d’apporter le maximum de conseils, le maximum d’informations de manière à ce que les comportements puissent changer et qu’on replace surtout l’humain au centre des activités. »

Un accompagnement qui se déroule sur plusieurs sessions

Tout d’abord l’acquisition de connaissances, une initiative impliquant quatre pilotes au sein de chaque établissement, notamment professeurs d’EPS, des enseignants techniques, parfois des CPE et souvent des infirmières. Pour assurer le succès du programme, ces pilotes se consacrent à la répétition et à la correction, travaillant de manière collective lors de rassemblements. Dans un deuxième temps des visites sont effectuées dans les établissements pour valider les acquisitions et fournir des solutions adaptées aux situations variées. « Tout part de la connaissance du corps souligne Christophe Geoffroy.  C’est une chance pour les jeunes. Ils doivent s’accaparer cette chance-là de manière à rester le plus longtemps possible en forme. Si la retraite c’est à 64-65 ans, il y a encore un bout de chemin à faire. »

Christophe Geoffroy à droite et Antoine Bernard.

Antoine Bernard, animateur du Réseau National des Pratiques Sportives dans l’Enseignement Agricole, souligne l’importance de la santé dans les postures professionnelles des établissements agricoles. « L’objectif est d’approfondir cette culture de prévention et d’éducation, avec l’espoir de réinvestir ultérieurement ces expériences dans d’autres établissements, les transformant en ressources et en soutien généralisé. »

Le conseil de Christophe Geoffroy : « s’intéresser au fonctionnement de son corps pour mieux l’utiliser. C’est le métier qui rentre, une expression qu’on ne doit plus entendre. Ce n’est pas parce que les anciens avaient des douleurs que les jeunes doivent accepter les douleurs. Et le changement c’est ça ! »