Vie et Santé en Petite Montagne : le Collectif repart à l’offensive

Depuis le début de l'année 2020, François Renaud et son collectif Vie et Santé en Petite Montagne alerte sur la désertification médicale de ce territoire.

0
111
François, fondateur du Collectif Vie et Santé en Petite Montagne, repart à l'offensive.

« En 2 ans, rien n’a changé. Avec la crise du Covid, le problème s’est même amplifié », déplore François Renaud, à l’origine de la création du Collectif Vie et Santé en Petite Montagne. Deux médecins, un à Arinthod et un à Thoirette, doivent gérer 7000 habitants, répartis sur 45 bourgs et villages, la norme étant d’un médecin généraliste pour 700 à 1000 habitants. Et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir bougé….
François Renaud avait interpelé à l’époque les services de l’Etat, les collectivités territoriales, des acteurs de la santé, des élus locaux. Et malgré une réponse du Préfet du Jura en février 2020 contenant des éléments positifs pouvant répondre aux attentes de la population, rien n’a changé depuis.
« J’ai contacté le président de Terre d’Emeraude Communauté. Je n’ai aucune réponse à ce jour. Il me semble pourtant que la santé devrait passer avant la sécurité. La santé c’est une exigence de sécurité », déclare François Renaud en faisant une petite allusion à la mise en place d’une police intercommunale validée récemment par la collectivité.

Un salariat via les collectivités comme sur d’autres territoires voisins ?

Sur le territoire concerné, François Renaud rappelle que 60% des habitants ont plus de 65 ans. C’est une population qui est en demande. « Et je connais personnellement deux familles qui sont parties faute de ce service de soins, notamment pour leurs enfants ».
Sur les solutions préconisées, la tendance serait aujourd’hui de s’orienter vers le salariat par les collectivités des médecins généralistes. « Cela fonctionne bien sur d’autres territoires voisins. Ne serait-il pas possible aussi de recenser les étudiants en médecine issus de notre territoire, et forcément plus enclins à y venir installer un cabinet ? ».
Le collectif repart donc à l’offensive. Il tiendra une assemblée ouverte à tous, samedi 27 novembre à 14h30 à la mairie de Saint-Julien.

Contact : François Renaud
06 22 47 66 01
francrenau@gmail.com